"The Queen and I"

le
0
La reine à Ascot le 14 juin 2011. La conversation « privée » dure environ une minute.
La reine à Ascot le 14 juin 2011. La conversation « privée » dure environ une minute.

C'était le 5 juin 2014, lors de la garden-party offerte à Paris par l'ambassadeur britannique, dans sa résidence de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, à l'occasion de la visite d'État de la reine Elizabeth II. Je fais le pied de grue depuis une bonne heure sur le gazon, mains croisées derrière le dos, figé dans la même immobilité impressionnante qu'un grenadier en bonnet à poils. Approcher la souveraine est un art d'une grande habileté. On ne s'avance pas vers elle en jouant des coudes ou en brandissant une carte de visite. L'exercice est délicat : il faut attendre qu'elle vienne vers vous en se trouvant sur son passage.

Heureusement, la maîtresse de cérémonie m'a reconnu et dirige la visiteuse vers votre humble serviteur. La reine arbore une très élégante robe blanc cassé, sertie de jolis motifs dorés. Sa poignée de main est molle. J'incline respectueusement la tête, comme l'exige le protocole, et j'attends qu'elle m'adresse la parole. Personne ne peut lui parler sans y avoir été invité.

« Comment allez-vous, M. Roche??

? Bien, Votre Majesté.

? Cela fait longtemps que vous êtes en poste en Angleterre??

? Depuis 1985, Ma'am (à prononcer comme ham, le jambon).

? Et vous vous y plaisez??

? Énormément, Ma'am. »

Je bois comme du petit lait des propos anodins prononcés d'une voix nasillarde qui, de surcroît, sont presque inaudibles. La conversation...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant