Thaïlande : "Le couvre-feu est catastrophique pour le tourisme"

le
0
Malgré le coup d'État, la vie continue à Bangkok.
Malgré le coup d'État, la vie continue à Bangkok.

LePoint.fr : Y a-t-il des tensions à Bangkok ?Marie Gonter : Non, pas tellement, contrairement à ce que laissent entendre les médias, il n'y a pas de militaires partout dans les rues. Il y en a quelques-uns, mais il n'y a pas trop de tension palpable. On sent que les Thaïlandais ont l'habitude. Il y a bien sûr des manifestations entre pro et anti-coup d'État, mais la situation n'est pas aussi catastrophique que présentée par certains médias. On peut se balader tranquillement dans les rues. Il faut parfois éviter quelques quartiers, mais pas plus que dans un autre pays.

Comment le coup d'État est-il perçu ?

C'est étrange de dire cela, mais il fallait qu'il se passe quelque chose : le pays est en crise depuis sept mois, ça ne pouvait pas continuer. L'avenir dira si ce coup d'État est une bonne chose, si cela permet de faire repartir l'économie, notamment touristique. Un climat de "crise" n'est jamais bon pour le tourisme. En même temps, ce n'est pas le premier coup d'État en Thaïlande. Ce qui est frappant, c'est que les locaux sont toujours souriants et ont la capacité de "se relever" très vite. Le plus contraignant reste le couvre-feu.Comment vit-on avec un couvre-feu ?

On s'organise, le couvre-feu est de 22 heures à 5 heures du matin. Donc, pour sortir, on loue des suites pour passer la soirée avec des amis. On n'en sort que le matin, quand c'est possible. Les boîtes de nuit s'adaptent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant