Thaïlande : l'ordre règne à Bangkok

le
0
Samedi à Bangkok, des manifestants brandissent des pancartes hostiles au coup d'État au-dessus des forces de l'ordre.
Samedi à Bangkok, des manifestants brandissent des pancartes hostiles au coup d'État au-dessus des forces de l'ordre.

"Nous sommes au XXIe siècle ! Nous ne voulons plus d'un soldat dictateur !" Ils sont environ deux cents à crier leur colère dans la fournaise de Bangkok. "Non au coup !" affirment les pancartes brandies à bout de bras sur une avenue dans le nord de la capitale, ce samedi. Sur les trottoirs, les badauds prennent en photo ces rares manifestants qui osent braver les mots d'ordre des militaires, deux jours après le coup d'État en Thaïlande. Une mini-manifestation tolérée pendant tout juste deux heures par le général Prayuth Chan-ocha qui a interdit tout rassemblement de plus de cinq personnes depuis sa prise de pouvoir jeudi. Dans le centre commercial voisin de Lat Phrao grouille la foule habituelle des samedis, venue se réfugier dans l'air conditionné pour échapper aux 35 degrés ambiants. L'ordre règne à Bangkok, même si les touristes ont déserté la capitale.

D'autres manifestations de ce type sont prévues dans la soirée au coeur de la mégapole, mais l'armée veille. Les leaders "rouges" fidèles au gouvernement élu par les urnes, dont l'ancienne Premier ministre Yingluck Shinawatra, ont été arrêtés ou placés sous surveillance. Une centaine de politiciens ont reçu l'ordre de se rendre aux autorités. La presse et de nombreux analystes et universitaires sont priés de rester cois afin de ramener la "paix" au royaume du Siam. Après deux jours de black-out télévisuel, les chaînes ont repris leurs programmes sous la surveillance étroite des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant