Syrie : Lafarge à nouveau accusé d'arrangements avec l'État islamique

le
0
Lafarge a-t-il payé l'État islamique pour maintenir en vie sa cimenterie de Jalabiya ?
Lafarge a-t-il payé l'État islamique pour maintenir en vie sa cimenterie de Jalabiya ?

Nouveau scandale Lafarge ? Le numéro un mondial du ciment aurait tenté de maintenir ouverte son usine de Jalabiya en Syrie malgré la guerre civile, "au prix d'arrangements troubles et inavouables avec les groupes armés environnants dont Daech", affirme ce mardi Le Monde

.

Le groupe français, qui en 2013 cherchait à garantir l'accès de ses ouvriers et des marchandises à sa cimenterie, aurait missionné notamment un certain Ahmad Jaloudi "pour obtenir des laissez-passer de l'EI", qui prenait alors le contrôle des villes et routes voisines. Lafarge serait passé par d'autres "intermédiaires et négociants commercialisant le pétrole raffiné par l'EI, contre le paiement d'une licence et le versement de taxes", assure le journal.

"La direction de Lafarge à Paris était au courant"

Des e-mails envoyés par la direction de Lafarge en Syrie, publiés par le site syrien proche de l'opposition à Assad Zaman Al-Wasl, révèlent ces combines. La production a pu se maintenir un peu plus d'un an, avant que l'EI s'empare du site en 2014.

D'autres échanges écrits "permettent de conclure que la direction de Lafarge à Paris était au courant de ces efforts", selon Le Monde. Autre preuve du quotidien : "un laissez-passer estampillé du tampon de l'EI et visé par le directeur des finances de la région d'Alep, atteste des accords passés avec l'EI pour permettre la libre circulation...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant