Syrie : l'appel au secours de Bachar el-Assad

le
0
Le président syrien Bachar el-Assad participant à la prière de l'Aïd al-Fitr, marquant la fin du mois de ramadan, le 17 avril 2015 à la mosquée Al-Hamad de Damas.   
Le président syrien Bachar el-Assad participant à la prière de l'Aïd al-Fitr, marquant la fin du mois de ramadan, le 17 avril 2015 à la mosquée Al-Hamad de Damas.   

Pendant que les yeux du monde entier étaient braqués sur les frappes de l'aviation turque contre les positions de l'organisation État islamique et celles du PKK, un événement d'importance survenu à Damas le week-end dernier est passé pour le moins inaperçu. Pour la première fois depuis le début de la guerre civile en Syrie entamée il y a quatre ans, Bachar el-Assad a admis que ses forces se trouvaient aujourd'hui en grande difficulté face à la rébellion.

"Il y a un manque de ressources humaines", a reconnu dimanche le président syrien dans un rare aveu de faiblesse, diffusé à la télévision d'État. Depuis mars 2011, plus de 80 000 soldats et miliciens pro-régime ont en effet péri sur le champ de guerre, sur les 230 000 morts officiellement comptabilisés dans le pays. Considérablement affaibli, le maître contesté de Damas doit aujourd'hui sa survie à l'Iran chiite, qui a dépêché aux côtés du président syrien ses Gardiens de la révolution, des combattants du Hezbollah libanais, des miliciens chiites irakiens et afghans, afin de résister aux assauts de la rébellion sunnite.

Pour regonfler ses troupes, le président syrien a donc, fait unique, décrété une amnistie permettant aux déserteurs, hors rebelles, de regagner les rangs de l'armée. "Il faut prendre des mesures spécifiques pour augmenter (l'effectif des troupes) afin de mener à bien des missions urgentes", a-t-il ainsi souligné lors son discours. Sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant