Syrie : Human Rights Watch accuse la Russie

le
0

Human Rights Watch (HRW) a accusé dimanche la Russie d'utiliser ou de fournir à l'armée syrienne un nouveau genre plus performant de bombes à sous-munitions depuis son intervention directe dans la guerre en Syrie. Selon l'organisation de défense des droits de l'homme basée à New York, ce nouveau type d'armes a été utilisé dans un raid aérien le 4 octobre près de la localité rebelle de Kafar Halab, au sud-ouest d'Alep, dans le nord du pays. Elle a dit qu'elle n'avait "pas pu déterminer qui, de l'armée syrienne ou des Russes, était responsable de l'attaque".

"C'est dérangeant qu'un autre type de bombes à sous-munitions soit utilisé en Syrie en raison du mal qu'il peut causer aux civils dans les années à venir", a affirmé dans un communiqué Nadim Houry, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient. "Ni la Syrie ni la Russie ne devraient utiliser ces armes et les deux pays devraient adhérer sans délai à la convention internationale les interdisant (signée par 94 pays en 2008, NDLR)."

La Russie est intervenue le 30 septembre dans le conflit en Syrie pour venir en aide au régime de Bachar el-Assad qui a subi plusieurs revers depuis le début de l'année face aux rebelles. Elle affirme que ses avions ciblent principalement le groupe djihadiste État islamique (EI), mais elle vise en fait, selon experts, militants et une ONG, les groupes rebelles hostiles au pouvoir, dont le Front Aal-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et marginalement...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant