Syrie : dans Alep ravagée par les bombes

le
1
Le quartier Boustan al Qasr bombardé le samedi 24 septembre. 
Le quartier Boustan al Qasr bombardé le samedi 24 septembre. 

Les images montrent des rues criblées de larges cratères creusés par les bombes, bordées de ce qu'il reste des immeubles, carcasses de béton éventrées, fenêtres béantes, toits effondrés. Dans ces longs travellings monotones, partout les mêmes scènes d'une ville désertée, un interminable champ de gravats. Filmées par un drone pour Reuters en septembre, elles témoignent de la destruction d'Alep, une ville qui comptait 250 000 habitants et dont le centre historique était classé au patrimoine de l'humanité.

Depuis 2012, la deuxième plus grande ville du pays est coupée en deux. Les quartiers est sont occupés par les forces opposées au régime et reprendre la ville est devenue la priorité de Bachar el-Assad. Avec l'aide de ses alliés russes, il a lancé une offensive vendredi dernier. Les bombardements, d'une violence inédite, ont causé la mort d'au moins 248 personnes selon l'OSDH, une ONG basée à Londres. Selon l'Unesco, les quartiers est sont privés d'eau depuis samedi. Ils sont sans ravitaillement depuis près de deux mois.

1 700 frappes

Raed Saleh est « casque blanc », il fait partie de cette poignée de secouristes qui assistent les civils dans les zones rebelles. D'après ses calculs, la partie est d'Alep ne tiendra « pas plus d'un mois » : « Il n'y aura plus d'eau, plus d'électricité, plus de carburant et les hôpitaux ne pourront plus continuer à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 2 mois

    Le Point est le journal de BHL, un des promoteurs de cette boucherie. Il faut juger ces gens-là et donner le Nobel de la Paix à Poutine et Assad.