Sylvie Goulard veut réveiller le Parlement européen

le
0
L'eurodéputée centriste Sylvie Goulard est candidate à la présidence du Parlement européen, élue à la mi-janvier.  
L'eurodéputée centriste Sylvie Goulard est candidate à la présidence du Parlement européen, élue à la mi-janvier.  

L'actuel président du Parlement européen, l'Allemand Martin Schulz, ayant annoncé sa démission pour candidater à la chancellerie fédérale, contre Angela Merkel, la bataille pour sa succession est ouverte. Au sein du groupe Alde (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe), Sylvie Goulard est en concurrence avec le Belge Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre et actuel président du groupe. Si elle l'emporte au sein de la famille centriste, elle devra ensuite affronter le candidat d'un autre groupe, celui du Parti populaire européen (PPE, conservateur), au sein duquel un autre Français est candidat : Alain Lamassoure. En 37 ans, seules deux femmes ? deux Françaises ? ont présidé l'institution : Simone Veil (1979-1982) et Nicole Fontaine (1999-2002). Le Point.fr : Pour justifier votre candidature à la présidence du Parlement européen, vous avancez d'abord un argument qui va réjouir les souverainistes et tous ceux qui dénoncent l'opacité des institutions européennes : le choix du successeur de Martin Schulz se ferait « en catimini »? Quelles sont ces « tractations à huis clos » que vous dénoncez ?

Sylvie Goulard : Ce n'est pas en cachant les problèmes qu'on luttera efficacement contre ceux qui en tirent prétexte pour détruire l'Union européenne. C'est au contraire en les affrontant, tout en expliquant le contexte. Au Parlement européen, la majorité...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant