Suppression des bourses au mérite : la révolte des bons élèves

le
0
L'annonce n'était pas une surprise, mais elle a pris de court ceux qui espéraient toucher 1eur bourse.
L'annonce n'était pas une surprise, mais elle a pris de court ceux qui espéraient toucher 1eur bourse.

Elle l'avait dit, elle l'a fait. En juillet 2013, Geneviève Fioraso, alors ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, avait prévenu que la bourse au mérite serait supprimée dans le cadre d'une refonte du système d'aides aux étudiants. Cette allocation de complément, mise en place en 2009 par Valérie Pécresse pour récompenser les bacheliers ayant décroché la mention "très bien", était réservée aux étudiants bénéficiant déjà d'une bourse sur critères sociaux et s'élevait à 1 800 euros par an - étalés en neuf mensualités.Si les étudiants qui bénéficiaient déjà de la bourse pourront continuer à la toucher pendant la durée prévue, "il n'y aura pas de nouveaux entrants", confirme le cabinet de Geneviève Fioraso, désormais secrétaire d'État. Cela n'a pas empêché une vague d'indignation de la part des lauréats 2014."Touche pas à ma bourse, je la mérite" "La position est claire, on n'a pas pris les gens par surprise !" précise le cabinet, accusé par certains bacheliers d'avoir agi en catimini. "La réforme était déjà actée l'année dernière et les mesures portant sur la rentrée scolaire 2014 ont été annoncées par Geneviève Fioraso et Benoît Hamon le 30 juin."Jusqu'à l'officialisation, les jeunes lauréats ne pensaient pas être réellement touchés par la coupe budgétaire. "Bien au-delà de la simple gratitude de réussir avec brio le baccalauréat, la bourse au mérite représentait la possibilité...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant