Suisse : l'extrême droite renforce sa présence au gouvernement

le , mis à jour le
2
Guy Parmelin (UDC) a été élu au Conseil fédéral le 9 décembre. Il a été préféré à un candidat qui défendait une ligne nettement plus dure que la sienne. 
Guy Parmelin (UDC) a été élu au Conseil fédéral le 9 décembre. Il a été préféré à un candidat qui défendait une ligne nettement plus dure que la sienne. 

Qui imaginerait en France un conseil des ministres où siégeraient côte à côte Bernard Cazeneuve, Florian Philippot et Valérie Pécresse ? Pourtant, de l'autre côté du Jura, au niveau fédéral à Berne, comme dans les 26 cantons et demi-cantons, les socialistes, la droite traditionnelle et l'extrême droite ont l'habitude depuis des décennies de gouverner ensemble. C'est le fameux consensus suisse (certains évoquent même "la formule magique") qui permettrait à la Confédération d'équilibrer ses comptes, d'éviter les grèves et de ne compter que 3,4 % de chômage.

Les élections fédérales tous les quatre ans sont là pour déterminer les rapports de force entre les formations politiques. L'Union démocratique du Centre (UDC), qui porte mal son nom, le parti le plus à droite de l'échiquier politique, ne comptait qu'un seul ministre sur sept au Conseil fédéral (gouvernement). En octobre dernier, en recueillant 29,5 % des suffrages, l'UDC a enlevé 65 sièges de députés sur 200 au Conseil national (Assemblée nationale). Il a logiquement hérité ce mercredi matin d'un deuxième ministère, remporté par le francophone Guy Parmelin, un viticulteur du canton de Vaud. À Berne, les ministres sont élus (ou réélus) chaque année en décembre par le Parlement.

Hostile à Marine Le Pen

Guy Parmelin, 56 ans, député depuis 2003, réputé modéré, prend la place d'Éveline Widmer-Schlumpf,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 12 mois

    instances du pays

  • M7163258 il y a 12 mois

    En Suisse le peuple est souverain et il est représenté dans sa diversité aux plus hautes instances un pays...Cela s'appelle la démocratie! En France c'est bien plus ambiguë, la démocratie doit se conformer à ce que les "bien-pensants" (médias, artistes de gauche plus particulièrement) ont décrété...