Suisse : l'extrême droite frôle les 30 % des suffrages

le
3
Christoph Blocher a fait de l'UDC, ancienne formation centriste, le parti le plus à droite - et la première force politique - de la Suisse. 
Christoph Blocher a fait de l'UDC, ancienne formation centriste, le parti le plus à droite - et la première force politique - de la Suisse. 

Jamais un parti politique en Suisse n'avait atteint un tel score : 29,5 % des voix. Non seulement l'Union démocratique du centre (UDC) gagne 11 sièges, mais il laisse très loin derrière lui (à plus de 10 %) les autres formations politiques, les socialistes et les libéraux-radicaux. Le parti du milliardaire Christoph Blocher se retrouve ainsi en position de force pour réclamer un deuxième siège au Conseil fédéral (gouvernement) qui se compose de sept membres.

LIRE aussi notre article "Suisse : l'extrême droite veut reprendre la main dimanche"

Le plus étonnant dans cette élection, c'est qu'elle s'est jouée sur la question migratoire, alors que la Suisse, qui n'appartient pas à l'Union européenne, n'est guère concernée par l'arrivée massive de réfugiés, venant notamment de Syrie ! Selon un sondage, plus de 40 % des électeurs ont voté en fonction des solutions que les partis politiques donnent aux thèmes de l'asile et de l'immigration. Plus précisément, les thèmes de l'asile et des réfugiés, avec 23 %, arrivent en tête, devant immigration (19 %), puis vient l'Union européenne (13 %).

Effondrement des écologistes

En revanche, l'économie (8,5 %) et l'environnement (7 %) ne sont pas des sujets porteurs. Il est vrai que la Confédération affiche une bonne santé économique, avec un chômage très bas, à peine supérieur à 3 %,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le lundi 19 oct 2015 à 12:14

    Les journalistes s'etonnent toujours que ce sont les pays / regions / villes ou il y a le moins d'immigration qui votent le plus extreme droite.C'est pourtant facile a comprendre. Quand on voit le chaos actuellement en Allemagne avec les migrants, ils n'ont pas envie de voir la meme chose arriver chez eux. Les suisses sont pragmatiques et non dogmatiques comme en France. Ils ont une bonne qualite et niveau de vie, ils n'ont pas envie que cela change pour quelques bons sentiments.

  • KENTOF le lundi 19 oct 2015 à 11:54

    ensuite à qui le tour ?

  • frk987 le lundi 19 oct 2015 à 11:38

    La Suisse a complétement eu tout faux avec la levée du secret bancaire, tout faux dans une immigration délirante où même la police est à majorité de non citoyenneté helvétique (un comble), tout faux avec un arrimage artificiel à l'euro....pas étonnant que l'ED devienne majoritaire dans ce pays. Ma foi, c'est leur problème, mais vraiment pas surprenant.