"Stop-ça suffit" : le gouvernement chasse le harcèlement sexiste

le
2
Le métro parisien, où des affiches de la campagne Stop-ça suffit parsèment les murs des stations.
Le métro parisien, où des affiches de la campagne Stop-ça suffit parsèment les murs des stations.

« La République ne peut tolérer de telles situations, qui ont été trop longtemps passées sous silence. » Le constat est signé Pascale Boistard, la secrétaire d'État chargée du Droit des femmes, dont le plan d'action contre le harcèlement sexiste dans les transports vient d'être étalé au grand jour. D'après des consultations menées en mars auprès de 600 femmes de Seine-Saint-Denis et d'Essonne, 100 % ont déjà au moins une fois été la cible d'une forme de violences sexuelles dans une rame de métro, un tramway ou un autobus, dont 50 % âgées de moins de 18 ans.

Face aux chiffres édifiants du Haut Conseil à l'Égalité entre les femmes et les hommes, le gouvernement a décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Lundi, Pascale Boistard dévoilait aux côtés d'Alain Vidalies, le secrétaire d'État chargé des Transports, « Stop-ça suffit », un plan national destiné à « faire évoluer les comportements, pour qu'aucune agression ne soit banalisée ou ignorée ». Une campagne de sensibilisation qui entend venir à bout des sifflements, mains baladeuses et autres propos indécents circulant souvent en toute impunité dans les transports en commun.

  

De loin, l'affiche déployée sur 7 000 panneaux d'affichage de grandes villes et placardée dans les gares et à l'arrière des bus a tout l'air d'une publicité pour une nouvelle ligne de métro. Chaque arrêt correspond à l'interpellation vraisemblable d'un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • xk8r le mardi 10 nov 2015 à 11:14

    3,5 ans et 600 000 chômeurs !!!!!!!!!

  • frk987 le mardi 10 nov 2015 à 11:13

    Le grand n'importe quoi, une vertu cardinale du socialisme.