Séguéla : "Même si on est clochard, on peut arriver à mettre de côté 1 500 euros"

le
0
Jacques Séguéla, au Palais de l'Élysée, le 17 janvier 2011.
Jacques Séguéla, au Palais de l'Élysée, le 17 janvier 2011.

Une nouvelle fois, c'est un déferlement sur Twitter. « Si à 50 ans, tu n'as pas réussi à mettre 1 500 euros de côté, tu as raté ta vie de SDF », « Quand j'ai besoin de faire la monnaie sur 500 euros, je demande à un SDF de me faire la monnaie »... Dans Retour vers le passé, sur BFM TV, le publicitaire, qui avait déjà bien agité la Toile il y a six ans avec sa petite phrase politiquement incorrecte sur la Rolex, s'est de nouveau illustré. « Si à 50 ans, on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie ! » avait-il lâché un matin de 2009 sur France 2, pour voler au secours de Nicolas Sarkozy, accusé de mener un train de vie bling-bling.

« Je suis rentré à l'agence et vers 11 heures, ma secrétaire affolée m'a demandé ce que j'avais bien pu dire sur la Rolex [...] Je ne me souviens pas d'avoir parlé de Rolex, j'ai dû revoir l'émission pour me souvenir », confie-t-il six ans plus tard à BFM TV. Si le soir même de sa sortie remarquée, Séguéla s'était empressé de s'excuser sur Canal+, reconnaissant sa « connerie », il livre aujourd'hui une tout autre analyse : « Ça voulait dire que la vie est un rêve, qu'il faut rêver de tout. La Rolex est un symbole comme un autre et j'aurais pu dire une Ferrari, un stylo Bic, peu importe, un objet culte dont on a envie. »

  

Et d'ajouter : « Il n'y a pas de raison de dire aux gens Vous êtes condamnés à ne jamais vous...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant