Ségolène Royal presse l'UE de ratifier l'accord de la COP21

le
1
LA FRANCE DEMANDE AUX ÉTATS DE RATIFIER AU PLUS VITE L'ACCORD SUR LE CLIMAT
LA FRANCE DEMANDE AUX ÉTATS DE RATIFIER AU PLUS VITE L'ACCORD SUR LE CLIMAT

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - La ministre française de l'Environnement, présidente de la COP21, a adressé aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne un courrier les pressant d'accélérer le processus de ratification de l'accord de Paris sur le climat.

Jusqu'à présent, sur les 28 membres de l'UE, seules la Hongrie, l'Autriche et la France ont ratifié cet accord universel conclu en décembre 2015 à Paris, qui engage les signataires à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre pour contenir le réchauffement climatique sous 2°C.

Pour que l'accord de Paris entre en vigueur, il faut qu'il soit ratifié par au moins 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales de GES.

A ce jour, seulement 26 Etats représentant 36% de ces émissions, dont la Chine et les Etats-Unis, l'ont fait.

"Je sais que des procédures complexes entravent parfois le rythme de la ratification", écrit Ségolène Royal dans sa lettre aux dirigeants des Vingt-Huit, diffusée mercredi.

"Une volonté politique forte doit pouvoir les surmonter", ajoute-t-elle. "C'est pourquoi je vous adresse un appel pressant pour que, lors du sommet informel de Bratislava (...) les dates de vos ratifications soient connues."

Cette rencontre des dirigeants de l'UE sans représentant de Londres, prévue le 16 septembre dans la capitale slovaque, doit en principe être consacrée aux suites du référendum britannique en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Mais la France veut en profiter pour accélérer la ratification de l'accord de Paris par l'UE et ses membres, afin que les conditions de son entrée en vigueur soient réunies d'ici la fin de l'année.

Ségolène Royal a réuni mercredi matin les ambassadeurs des Vingt-Huit à Paris ou leur représentant pour faire passer le message et faire le point sur leurs procédures de ratification.

L'objectif est d'achever ce processus avant la 22e conférence des signataires de la Convention des Nations Unies sur le climat (COP22), fin 2016 à Marrakech, a dit la ministre à des journalistes à l'issue de cette réunion.

"ÉLECTROCHOC"

"Avant Marrakech, il faut que tous les processus de ratification soient bouclés, soient clarifiés, et que le dépôt des instruments de ratification nationaux et de l'Union ait déjà eu lieu", a-t-elle expliqué.

Ségolène Royal s'est montrée confiante, notamment après la récente ratification de l'accord de Paris par la Chine et les Etats-Unis, les deux pays les plus pollueurs de la planète.

Cette double ratification a eu un effet d'"électrochoc" sur les Européens, désormais à la traîne après avoir été jusqu'ici à l'avant-garde de la lutte contre le réchauffement climatique, souligne l'entourage de la ministre de l'Environnement.

Celle-ci admet qu'il y a "encore des étapes à franchir, compliquées par les procédures démocratiques internes".

Des élections viennent ainsi perturber le calendrier dans plusieurs pays membres, dont la Roumanie, la Bulgarie, la Lettonie ou la Croatie. Ailleurs, comme en Allemagne, ce sont les Parlements qui sont maîtres de l'ordre du jour.

Berlin a cependant fait un geste en acceptant de disjoindre la ratification de l'accord de Paris de la question en cours de discussion de la répartition de l'effort global de l'UE.

L'UE s'est engagée à réduire de 40% ses émissions de GES d'ici 2030, par rapport aux niveaux de 1990. Un engagement qui lie le Royaume-Uni malgré le "Brexit", selon Ségolène Royal.

La ministre a confié qu'elle téléphonerait dans les jours à venir aux dirigeants des pays dont le calendrier paraît le plus flou, comme les Pays-Bas, la Belgique et l'Italie.

La Pologne, pourtant initialement un des plus réticents en raison de sa dépendance au charbon, a en revanche fait savoir qu'elle ratifierait l'accord avant le 21 septembre, a confié Ségolène Royal.

Le 21 septembre est la date retenue pour une réunion de haut niveau sur la ratification de l'accord de Paris organisée à New York par le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, en marge de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Parallèlement aux procédures nationales, l'UE doit aussi ratifier en tant que telle l'accord de Paris, ce qui paraît en bonne voie : selon Ségolène Royal, le président du Parlement européen, Martin Schulz, lui a confirmé que l'accord passerait en séance plénière du 3 au 6 octobre.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 il y a 3 mois

    Pas génée elle fait si bien la promotion de la voiture électro-nucléaire !