Scandale de Panama : la France en première ligne

le
0
Le scandale du Panama va durablement écorner l'image de marque des politiques français. 
Le scandale du Panama va durablement écorner l'image de marque des politiques français. 

Ce scandale est un séisme. Mettant en cause plusieurs ministres, il fait trembler le gouvernement. Impliquant des dizaines de parlementaires, mais aussi des hommes d'affaires et même des journalistes, l'affaire dite de Panama met au jour les turpitudes financières d'une centaine de Français... L'instruction ouverte par le procureur général Quesnay de Beaurepaire, le 11 juin 1891, et qui va durer dix-sept mois, éclabousse des figures parisiennes de premier plan de la fin du XIXe siècle.

À commencer par Ferdinand de Lesseps (1805-1894). Ce diplomate à l'origine du percement du canal de Suez en Égypte, entre 1859 et 1869, est aussi le promoteur du canal de Panama qui doit relier Atlantique et Pacifique. Sur le papier, tout semble simple. La distance à percer est moindre que pour Suez (74 kilomètres au lieu de 160), la main-d'oeuvre locale abondante et le climat moins rude en Amérique centrale qu'en Afrique. Mais la réalité est tout autre. Les dénivelés de terrain imposent la construction de larges écluses, techniquement complexes. Et terriblement onéreuses.

Un gouffre financier

Lancé en 1882, le chantier piétine. Et les financements manquent. Un emprunt populaire a été lancé en 1885. Un second l'est en 1888. Des dizaines de souscripteurs, alléchés par des taux d'intérêt à deux chiffres, placent leur argent auprès de dizaines de banques présentant cet investissement comme « garanti ». Un milliard...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant