Sarkozy : "Les gens qui descendent dans la rue sont les électeurs déçus de Hollande"

le
0
Nicolas Sarkozy en séance dédicace à la librairie Mollat à Bordeaux en février, à l'occasion de la sortie de son livre La France pour la vie (illustration).
Nicolas Sarkozy en séance dédicace à la librairie Mollat à Bordeaux en février, à l'occasion de la sortie de son livre La France pour la vie (illustration).

« La France a besoin d'un État fort, [mais] ce n'est pas remettre en cause la qualité de la fonction publique que de dire que nous ne pouvons pas continuer à avoir autant d'emplois publics en France. » Dans un entretien au Monde, Nicolas Sarkozy aborde sans fard le plan d'économies qu'il entend réaliser s'il retourne à l'Élysée en 2017. À l'en croire, la France doit supprimer 300 000 postes de fonctionnaires dans les cinq ans à venir.

« Nous sommes l'un des pays d'Europe qui [...] a le plus [de fonctionnaires], en proportion de sa population active, et le seul qui continue à augmenter leur nombre », déclare-t-il. Le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux (« sauf dans les services de sécurité compte tenu de la menace terroriste », précise-t-il) permettrait d'économiser près de 7 milliards d'euros sur le prochain quinquennat.

L'ancien chef de l'État allume le feu en indiquant qu'il souhaite à la fois augmenter la durée du temps de travail dans les administrations à... 37 heures hebdomadaires et revenir sur les régimes sociaux. « L'équité entre le public et le privé doit [...] devenir la règle. Les conditions de calcul de la retraite doivent être les mêmes dans le public et le privé, c'est-à-dire calculées sur les 25 dernières années, et non sur les six derniers mois, en intégrant les primes », promet-il.

Acerbe sur la politique de François Hollande

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant