Sarkozy, les coulisses d'une (très) courte soirée !

le
0
La soirée fut courte mais grise pour Nicolas Sarkozy.
La soirée fut courte mais grise pour Nicolas Sarkozy.

En apprenant les chiffres de la participation fournis à la mi-journée par la haute autorité de la primaire de la droite, les sarkozystes font grise mine. La barre des 2,5 millions de votants sera enfoncée. À cet instant, on s'achemine vers 3,3 et même 3,5 millions d'électeurs, pensent les plus réalistes. In fine, on en comptera plus de 4,1 millions ! Les proches de l'ancien président comprennent que la première place qui était encore leur objectif devient un objectif illusoire. Une pointe d'espoir renaît à la lecture des chiffres de la mobilisation des électeurs sudistes. À l'heure du déjeuner, 10 % du corps électoral des Alpes-Maritimes s'était déplacé dans les urnes, contre un peu moins de 6 % par exemple en Normandie. « Il existe encore un chemin de crête », ose un fidèle. D'autant que les chiffres des territoires ultra-marins sont bons grâce à des scores très flatteurs à Saint-Martin, à La Réunion ou à Mayotte.

Dans l'après-midi, il est acquis que la vague Fillon devient un raz-de-marée. Vers 18 heures, trois études d'instituts de sondage donnent à Nicolas Sarkozy la troisième place. Mais toutes soulignent que l'écart avec Alain Juppé reste faible et qu'il faut rester prudent. Au même moment germe l'idée qu'en cas de qualification pour le second tour, l'ancien chef de l'État pourrait annoncer dès ce soir qu'il renonce au scrutin du 27 novembre et se désiste immédiatement. « Cela aurait eu beaucoup de classe,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant