Sarkozy, icône en danger

le
0
Nicolas Sarkozy.
Nicolas Sarkozy.

France Inter : L'affaire Bygmalion menaçait de faire exploser l'UMP. Désormais, Copé a démissionné du poste de président du parti... C'est bon, le coupable a payé ?

Charlotte Chaffanjon : Non, bien sûr que non ! Évidemment, Jean-François Copé devait partir. Il dit qu'il ne savait rien, mais comment le croire ? On peut même espérer pour lui qu'il savait ! Un chef de parti qui ignore le versement de 26,7 millions d'euros à la société de l'un de ses amis, c'est un scénario insensé. D'ailleurs, hier, il a fait face à des attaques d'une extrême violence venant de son camp et il a rendu son tablier. Mais c'est quand même le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy qui est suspect dans cette histoire. La question du degré d'implication de l'ancien président ne peut pas être occultée. Il a fait savoir par la voix de son ami Brice Hortefeux qu'il était "très mécontent". D'accord, mais cela ne suffit pas. Tout le monde à l'UMP a l'air de dire qu'il n'était pas au courant. Vous pouvez prouver le contraire ?

Les sommes sont tellement astronomiques qu'elles paraissent pour le moins difficiles à dissimuler. Je vais vous citer le député UMP Gérald Darmanin, il est assez clair dans le JDD : "C'est un problème Bygmalion, Copé et Sarkozy." Pourtant, il faut admettre que sa voix est isolée. En off, François Fillon dit la même chose. Mais, depuis que Le Point a sorti la première enquête sur Bygmalion...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant