Sarkozy : Franck-Philippe Georgin et Sébastien Proto, ses chouchous !

le
0
Franck-Philippe Georgin et Sébastien Proto
Franck-Philippe Georgin et Sébastien Proto

Georgin, l'agent de liaison

Dissimulé dans un costume gris souris, "discret", selon ses collègues, Franck-Philippe Georgin, enfermé dans son bureau du quatrième étage, passerait presque inaperçu Rue de Vaugirard. Pourtant, depuis son recrutement comme directeur des études fin décembre 2014 sur les conseils de Frédéric Péchenard, cet énarque de 35 ans issu du corps préfectoral semble être devenu indispensable au patron. Véritable agent de liaison, c'est lui qui se charge de coordonner et de mettre en musique les travaux des différents groupes de réflexion, ceux d'Eric Woerth d'un côté, ceux animés par Sébastien Proto de l'autre. Secrétaire général de la préfecture de la Creuse, il est repéré pendant le quinquennat par Hugues Moutouh, alors conseiller de Sarkozy. Il entre au cabinet de Guéant, puis, au lendemain de la présidentielle 2012, rejoint celui d'Eric Ciotti au conseil général des Alpes-Maritimes. Le jour de son entretien avec le nouveau chef du parti, peu avant Noël, il prétexte un rendez-vous chez le notaire. La supercherie reste un peu en travers de la gorge de Ciotti. "Solide, carré, bosseur", Georgin a ses thèmes de prédilection : la sécurité et l'immigration. Mais, "comme Proto et Giaco, ce n'est ni un penseur ni un idéologue", regrette un fidèle sarkozyste.

Proto, le "proche"

Une fois, deux fois, trois fois, Sébastien Proto le répète à chaque entrevue en tirant sur sa cigarette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant