Sarkozy et l'immigration : un vote pour contrer ses rivaux ?

le
0
Nicolas Sarkozy a annoncé la mise en place d'un socle commun programmatique du parti. Ses adversaires ont déjà expliqué qu'ils ne se sentiraient pas pieds et poings liés.
Nicolas Sarkozy a annoncé la mise en place d'un socle commun programmatique du parti. Ses adversaires ont déjà expliqué qu'ils ne se sentiraient pas pieds et poings liés.

Ils ont le sourire aux lèvres les sarkozystes. Ce mercredi matin, Nicolas Sarkozy prononce, à l'occasion de la matinée de travaux sur la politique d'immigration, un discours ferme et sans ambages, répétant que « la France a le droit de refuser qui elle veut refuser sur son territoire », dénonçant « la maladie française du conformisme » et « ceux qui se complaisent dans des postures prétendument morales qui ne sont que des impostures idéologiques ». Pendant ce temps, ses lieutenants se frottent les mains, persuadés que leur chef et candidat est en passe de réussir un joli coup.

Avec l'annonce d'un vote électronique des militants (du mercredi 16 septembre, à 18 heures, jusqu'au vendredi suivant, 18 heures également) sur 12 questions concernant la politique d'immigration que doit défendre le parti de droite, Nicolas Sarkozy concrétise sa volonté annoncée dès la fin 2014 d'élaborer un « socle commun » qui engagerait, en tout cas fait-il mine de le croire, les différents candidats à la primaire de la droite et du centre. Il avait commencé mezzo voce, lâchant cette annonce au milieu d'un discours en petit comité devant les nouveaux adhérents réunis au siège en décembre 2014 puis s'amusant à la balayer comme s'il ne s'agissait là que d'un détail. Début mars, il l'avait clamé plus fort, plus franchement.

Mais quand on lui demandait mi-avril s'il n'espérait pas avec ce « socle » contraindre ses adversaires à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant