Sarcelles : la "petite Jérusalem" en proie aux casseurs

le
0
Des détritus en feu jonchent les rails du tramway à Sarcelles, le 20 juillet 2014.
Des détritus en feu jonchent les rails du tramway à Sarcelles, le 20 juillet 2014.

Le bruit d'un hélicoptère de police, l'alarme d'une pizzeria attaquée et la voix d'un jeune homme, visage masqué : "On va chercher la caisse !" Il fonce droit sur une pharmacie de Sarcelles (Val-d'Oise), vandalisée dimanche à l'issue d'une manifestation pro-palestinienne interdite. Avant lui, des jeunes filles se sont déjà emparées de lait de bébé. Après le pillage, l'officine sera incendiée. Plus loin, des dizaines de casseurs, le visage dissimulé pour certains, ont détruit la vitrine d'une boutique de téléphonie dans cette ville multiculturelle au nord de Paris. Ils pillent le magasin, piétinent un écran plat à terre. Quand les forces de l'ordre arrivent, ils leur jettent des pierres. Réplique immédiate avec des gaz lacrymogènes. D'autres pilleurs s'en prennent à un magasin de pompes funèbres qu'ils saccagent, détruisant sa vitrine. Le magasin Naouri a notamment été incendié. Cette supérette casher avait fait l'objet d'une attaque à l'engin explosif en 2012. Les auteurs de cet attentat faisaient partie du réseau d'apprentis djihadistes dit de Torcy-Cannes dirigé par Jérémie-Louis Sydney, tué lors d'un assaut du raid à Strasbourg en octobre 2012. Les boutiques attenantes n'ont pas été endommagées.Certains casseurs sont armés de cocktails Molotov. Plusieurs d'entre eux hurlent "Israël on t'encule !" Des policiers tirent avec des balles en caoutchouc en leur direction. Au milieu du chaos, Amir est en larmes. Il désigne une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant