Sanabil, l'association d'aide aux détenus musulmans, bientôt dissoute

le
1
L'association disait venir en aide aux détenus musulmans des prisons françaises.
L'association disait venir en aide aux détenus musulmans des prisons françaises.

Sur le papier, rien ne semble suspect. Une déclaration en règle à la préfecture, une page Facebook, un compte Twitter dédié et un site internet qui n'éveille aucun soupçon. Pourtant, après six ans d'existence, l'association Sanabil, qui dit venir en aide aux détenus musulmans, est sous le coup d'une procédure d'interdiction émanant de la place Beauvau révèle Le Parisien. La structure est soupçonnée d'être en lien avec l'islamisme radical des prisons françaises.

Sanabil, association de loi 1901, voit le jour en 2010. Son objectif officiel est le soutien et l'aide aux détenus musulmans et à leur famille. Sauf que l'organisation a été citée à plusieurs reprises dans de nombreux dossiers terroristes. Le soupçon vient d'abord du président, Antho B., 38 ans, un conseiller informatique pour Wanadoo et Free. Assigné à résidence depuis le 23 novembre 2015, il apparaît dans les radars du renseignement français dix ans plus tôt en 2005 alors qu'il vit en Égypte avec sa femme et étudie dans un institut coranique salafiste. C'est là-bas qu'il rencontre Jean-Michel Clain, le deuxième des frères Clain qui deviendront plus tard les voix revendiquant les attentats de Paris. En décembre 2006, les deux frères et Antho B. sont interpellés dans le cadre de l'enquête sur la mouvance salafiste. N'ayant retrouvé que de la littérature salafiste à son domicile, les policiers libèrent Antho B. après soixante-cinq heures de garde à vue. Dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • worsbunc il y a un mois

    à quand le ccif ?