Salah Abdeslam arrêté en Belgique après quatre mois de cavale

le
1
FIN DE CAVALE POUR SALAH ABDESLAM
FIN DE CAVALE POUR SALAH ABDESLAM

BRUXELLES (Reuters) - Salah Abdeslam, considéré comme le dernier survivant du commando responsable des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, a été arrêté vendredi au cours d'une vaste opération de police à Molenbeek, dans l'agglomération bruxelloise.

Cinq personnes au total ont été appréhendées par les forces spéciales belges, dont un complice de Salah Abdeslam, a précisé le parquet fédéral lors d'une conférence de presse. Les deux hommes ont été légèrement blessés lors de leur arrestation et ont été hospitalisés.

Les trois autres personnes interpellées sont les membres d'une famille qui hébergeait le fugitif français, dont la police avait perdu la trace depuis qu'il avait été contrôlé le matin du 14 novembre à bord d'une voiture sur la route Paris-Bruxelles alors que son nom n'était pas encore apparu dans l'enquête.

Présent à Bruxelles pour un conseil européen sur la crise des migrants, François Hollande s'est félicité de la bonne coopération entre services de sécurité et de renseignements belge et français dans l'enquête et indiqué que Paris demanderait rapidement l'extradition de Salah Abdeslam.

"Je ne doute pas que les autorités judiciaires vont adresser très vite une demande d’extradition et je sais (...) que les autorités belges y répondront le plus rapidement et le plus favorablement possible", a-t-il dit lors d'un point de presse avec le Premier ministre belge Charles Michel.

Le complice de Salah Abdeslam a été présenté comme "le soi-disant Mounir Ahmed Al Hadj, alias Amine Choukri", un individu en compagnie duquel il avait été contrôlé à Ulm, en Allemagne, en octobre 2015, a indiqué le parquet belge.

"C'est très important pour les suites de l'enquête", s'est réjoui à Paris le président de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 à Paris, Georges Fenech, en évoquant le fait que Salah Abdeslam ait été capturé vivant.

"C'est une très grande nouvelle pour les familles des victimes, qui savent aujourd'hui qu'un procès aura lieu, puisque nous avons l'un des auteurs principaux qui a été arrêté", a ajouté le député Les Républicains (LR) sur BFM TV.

FAUSSE IDENTITÉ

François Hollande a déclaré que l'enquête sur les attentats, qui ont fait 130 morts, n'en était pas pour autant terminée.

"Il y a déjà eu des arrestations et il devra y en avoir d'autres car nous savons que le réseau était très large, en Belgique, en France et dans d'autres pays européens", a-t-il dit, avant d'annoncer qu'il réunirait samedi matin le conseil de défense du gouvernement.

Auparavant dans l'après-midi, le parquet belge avait annoncé que des empreintes digitales de Salah Abdeslam avaient été découvertes dans un appartement perquisitionné mardi dans la commune de Forest, dans l'agglomération de Bruxelles, où deux personnes étaient parvenues à prendre la fuite.

Un troisième homme, tué lors de cette opération de police franco-belge et identifié sous le nom de Mohamed Belkaïd, avait probablement eu un rôle dans les attentats de Paris sous la fausse identité de Samir Bouzid, ajoutait le parquet.

Selon la presse belge, un avis de recherche avait été lancé début décembre contre cet individu et un complice, tous deux soupçonnés d'avoir supervisé les attentats du 13 novembre en envoyant ce soir-là, de Belgique, des SMS aux assaillants.

Toujours selon elle, ces deux hommes et Salah Abdeslam ont été contrôlés le 9 septembre 2015 à la frontière austro-hongroise, alors qu'ils se trouvaient à bord d'une Mercedes.

"C'est Salah Abdeslam lui-même qui est allé chercher les deux hommes en Hongrie. Ils ont été contrôlés tous les trois, le 9 septembre 2015, sur une aire d'autoroute autrichienne", a indiqué la RTBF.

C'est par ailleurs au nom de Samir Bouzid qu'un virement de 750 euros avait été fait le 17 novembre à la cousine d'Abdelhamid Abaaoud, chef opérationnel présumé des attentats de Paris et Saint-Denis tué avec celle-ci lors d'un assaut des forces de sécurité françaises le 18 novembre à Saint-Denis.

La fausse identité du troisième homme contrôlé en Autriche - Soufiane Kayal -, toujours en fuite, a servi à louer une maison dans la ville belge d'Auvelais, qui a fait l'objet d'une perquisition le 26 novembre dernier. Le parquet a précisé vendredi soir que les empreintes d'Amine Choukri avaient été relevées dans cette résidence.

(Rédaction de Bruxelles et Elizabeth Pineau, avec Simon Carraud et Jean-Baptiste Vey à Paris, édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7172301 il y a 9 mois

    Je suis pour la peine de mort et non pour qu'il soit relâché par les copains de la marxiste Taubira ou vive par nos impôts .