Saint-Domingue réclame 50 millions d'euros à une imprimerie bretonne

le
0
Deux employés de l'imprimerie de billets Oberthur Fiduciaire, à Rennes, sont accusés d'avoir détourné des pesos dominicains.
Deux employés de l'imprimerie de billets Oberthur Fiduciaire, à Rennes, sont accusés d'avoir détourné des pesos dominicains.

Basée près de Rennes, l'imprimerie Oberthur Fiduciaire, qui a fait fonctionner ses planches pour la première fois pour la Banque de France en 1940, va imprimer cette année cinq milliards de billets de banque. Selon l'entreprise employant 600 salariés liés par une clause de confidentialité, cette production est ultra-sécurisée. Avec cependant une grosse faille qui conduit un de ses clients, la République dominicaine, à réclamer une indemnité de 50 millions d'euros. L'affaire remonte à septembre 2013, lorsqu'un numismate parisien acquiert un billet dominicain qui normalement n'aurait pas dû se trouver en circulation. Alertée, l'imprimerie Oberthur fait fouiller ses entrepôts et avertit les autorités. Après plusieurs semaines d'investigation à base d'écoutes téléphoniques et de filatures, neuf suspects, dont deux jeunes employés de l'imprimerie, sont interpellés le 10 février dernier par la PJ. 285 702 euros de préjudiceSi elle n'a rien de sophistiqué, la technique des voleurs démontre une certaine audace. Les rames de billets de 2 000 pesos sont, selon Ouest-France, d'abord retirées des piles : les employés se rendent aux toilettes pour les enrouler autour de leur corps. Ils franchissent ensuite les contrôles de sécurité sans la moindre anicroche. Une fois à l'extérieur, les rames sont découpées par des techniciens complices. D'autres se rendent à Paris où ils écoulent les pesos contre des euros, principalement dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant