Rythmes scolaires : le lobbying de Lyon

le
0
La ville de Lyon se réjouit du décret Hamon, qui vient modifier l'application de la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon.
La ville de Lyon se réjouit du décret Hamon, qui vient modifier l'application de la réforme des rythmes scolaires de Vincent Peillon.

À peine publié, et aussitôt appliqué. La ville de Lyon est la première à mettre en oeuvre le décret du gouvernement visant à assouplir la réforme des rythmes scolaires. Cinq jours seulement après la publication au Journal officiel du fameux décret, le sénateur-maire PS Gérard Collomb, qui rechignait depuis un an à appliquer la réforme, vient de présenter son projet d'organisation pour la rentrée prochaine : comme le permet le nouveau cadre légal, les activités périscolaires sont regroupées le vendredi après-midi, plutôt que dispatchées tous les soirs de la semaine pendant trois quarts d'heure. À partir de septembre, les 34 000 petits Lyonnais inscrits en maternelle et en élémentaire iront donc à l'école tous les matins, y compris le mercredi, mais aussi tous les après-midis, jusqu'à 16 h 30, sauf le mercredi. Le vendredi après-midi sera réservé aux activités de loisirs.Le "décret Hamon", qui vient corriger la "réforme Peillon", permet ainsi à Lyon de résoudre nombre d'obstacles à la mise en place du changement des rythmes scolaires. Il lui sera plus facile de trouver, de motiver et de recruter des intervenants pour les trois heures d'activités du vendredi que pour trois quarts d'heure tous les soirs. À Lyon, ce sont 1 600 animateurs et directeurs de centre de loisirs qu'il faudra trouver pour assurer le nouveau dispositif. Pour ces animateurs et pour les enfants, il sera également plus commode d'organiser des activités sur un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant