Russie : la "nounou sanguinaire" tient des propos incohérents

le
0
Goulchekhra Bobokoulova a avoué avoir décapité la fillette qui lui était confiée. Mais elle n'a donné aucune explication cohérente à son geste.
Goulchekhra Bobokoulova a avoué avoir décapité la fillette qui lui était confiée. Mais elle n'a donné aucune explication cohérente à son geste.

Lundi, les images floutées et pourtant insoutenables de cette femme hurlant dans une rue de Moscou et brandissant la tête d'une petite fille de 4 ans avaient bouleversé le monde entier. Voilée, toute vêtue de noire, originaire d'Ouzbékistan, une république à majorité musulmane, Goultchekhra Bobokoulova avait selon des témoins crié « Allah akhbar » lors de son arrestation. Il n'en fallait pas plus pour que les réseaux sociaux y voient un nouvel acte terroriste islamiste.

Présentée à ses juges, la nourrice, surnommée « la nounou sanguinaire », semble davantage sortie d'un conte horrifique russe que des rangs de Daech. Certes, elle invoque le nom d'Allah, mais c'est pour dire à l'intention de la presse : « Allah envoie le second prophète pour donner des nouvelles de la paix, bonjour tout le monde. J'ai faim, je vais mourir dans une semaine, c'est la fin du monde, on m'a interdit de manger. Salut tout le monde. »

Des propos incohérents qui accréditent l'hypothèse de la folie. D'autant que les enquêteurs n'ont pas à ce jour « établi [l'existence] de complices présumés ou que des personnes l'aient poussée à commettre ce crime ».

Lundi, Goultchekhra Bobokoulova, 38 ans, a décapité la petite fille dont elle avait la garde et a incendié l'appartement où elle se trouvait. Elle a donc déambulé à la sortie d'une station de métro en lançant des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant