Rodolphe Schwartz : ni policier ni porte-parole, mais proche du FN

le , mis à jour le
0
Rodolphe Schwartz lors d'un rassemblement de policiers en colère, avenue de Marigny à Paris, le 20 octobre 2016.
Rodolphe Schwartz lors d'un rassemblement de policiers en colère, avenue de Marigny à Paris, le 20 octobre 2016.

Après les révélations du Point.fr sur celui qui s'était autoproclamé ces derniers jours porte-parole des policiers en colère, l'ex-adjoint de sécurité (ADS) ? un ADS est un contractuel non titulaire de la fonction publique ?, qui a quitté la police depuis plusieurs années, a tenté une mise au point dans Le Parisien

et dément être proche du Front national. Rappelons que le tout jeune trentenaire n'a jamais vraiment été policier de terrain, ainsi qu'il se présente, il était en réalité chargé de prendre les empreintes des gardés à vue, selon ses anciens « collègues ». Certes, aujourd'hui, les conditions de travail d'un ADS sont exactement les mêmes que celles d'un gardien de la paix, même si ce dernier doit également protéger l'ADS, qui constitue une cible facile en intervention.

Appel à Marine Le Pen

Rodolphe Schwartz affirme en outre ne pas être proche du FN. C'est pourtant un fait avéré : il était inscrit sur la liste du candidat du Rassemblement bleu marine (RBM) lors des dernières municipales à Paris, une information que Le Point, qui avait eu accès à la liste, avait déjà révélée en 2015 sans jamais recevoir aucun démenti de la part de l'intéressé. En février 2013, alors qu'il organisait une manifestation « sauvage » porte Maillot après la mort de deux policiers tués sur le périphérique, il déclarait au magazine

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant