Rien ne va plus entre les écolos de l'Assemblée

le
0
Les deux coprésidents du groupe écologiste Barbara Pompili et François de Rugy ont claqué la porte d?Europe Écologie-Les Verts.
Les deux coprésidents du groupe écologiste Barbara Pompili et François de Rugy ont claqué la porte d?Europe Écologie-Les Verts.

« Si le groupe implose, ce sera la faute de ceux qui auraient dû savoir le gérer. » Danielle Auroi, la députée Europe Écologie-Les Verts du Puy-de-Dome est hors d'elle. La défection de Barbara Pompili, la coprésidente du groupe écologiste de l'Assemblée, est vécue comme « une trahison » par bon nombre de députés Verts. Au point que les jours du groupe semblent plus que jamais comptés. « Son avenir est entre les mains des dix-huit parlementaires qui le composent », lâche d'un air résigné François de Rugy, l'autre coprésident du groupe écologiste, qui a lui aussi claqué la porte d'EELV il y a un mois.

Divisés entre « partisans » et « critiques » de la politique gouvernementale, les écolos du Palais Bourbon ne parviennent plus à s'entendre. La décision prise en 2014 par Cécile Duflot et Pascal Canfin, les deux représentants écologistes du gouvernement Ayraut, de refuser de prendre part au gouvernement Valls a laissé une plaie qui n'a jamais cicatrisé. « Les dix-huit se parlent », tente d'éluder une proche de Cécile Duflot à propos de l'ambiance qui règne à l'Assemblée.

En réalité, le dialogue est bel et bien rompu. Cette rupture a été consommée à l'occasion du vote de la loi sur le renseignement en mai dernier. Faisant fi de la position de leur parti, qui dénonçait un texte « liberticide », plusieurs députés EELV, dont Christophe Cavard, François de Rugy, Paul Molac et François-Michel Lambert ont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant