Revue de presse - PS : une convulsion salutaire ?

le
1
Entre les deux tendances du PS, le divorce est consommé. Maintenant, que faire ?
Entre les deux tendances du PS, le divorce est consommé. Maintenant, que faire ?

Les éditorialistes sont nombreux ce vendredi à commenter la rupture consommée entre la gauche de gouvernement, qui, sous l'impulsion de Manuel Valls, bouscule les dogmes jusqu'à perdre - peut-être - son âme, et la gauche « des valeurs », qui refuse le virage « social-libéral », cet oxymore, imposé par le couple exécutif. Divorce définitif ou épisode de plus dans les soubresauts que connaît le « socialisme » quand il est en responsabilité ? Les avis divergent.

Le Monde juge « un peu excessive » l'expression de « guerre civile » employée par Bayrou, même s'« il y a une part de réalité ». « Mme Aubry a fait entendre un message de rupture alors que la gauche est en miettes, que la majorité a explosé et que le Parti socialiste est au bord de l'implosion. (...) Face à la décomposition de son camp, le président se place au-dessus de la mêlée, comme François Mitterrand en 1988 quand il jouait la carte de la France unie. Mais, s'il veut se succéder à lui-même, il devra aussi réapprendre à parler à sa gauche. »

Mais ce dialogue est-il encore de saison ? Dans Les Échos, Stéphane Dupont estime que la rupture est consommée et assumée par Manuel Valls. « Manuel Valls considère que la gauche du PS est définitivement perdue. La tribune au vitriol, mercredi, de Martine Aubry, explique-t-il au Monde, est une étape supplémentaire dans la...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 9 mois

    Convolution ou phase finale.