Révision constitutionnelle : Valls accuse les frondeurs et la droite sénatoriale

le
0
Le Premier ministre a regretté la petite politique politicienne [qui] a eu raison de la grande, accusant la droite sénatoriale et les frondeurs du Parti socialiste d'avoir torpillé le projet de loi constitutionnelle.
Le Premier ministre a regretté la petite politique politicienne [qui] a eu raison de la grande, accusant la droite sénatoriale et les frondeurs du Parti socialiste d'avoir torpillé le projet de loi constitutionnelle.

Le réveil a été difficile pour le gouvernement au lendemain de l'annonce de François Hollande de « clore le débat constitutionnel ». Quatre mois de tergiversations qui ne mèneront ni à la réunion du Congrès ni à l'inscription de la déchéance de nationalité et de l'état d'urgence dans la Constitution.

Ce matin sur RTL, Manuel Valls a voulu régler ses comptes. Le Premier ministre a regretté « la petite politique politicienne [qui] a eu raison de la grande », accusant la droite sénatoriale et les frondeurs du Parti socialiste d'avoir torpillé le projet de loi : « Au Sénat, la droite a bloqué la révision, alors qu'un accord était possible et qu'elle était favorable à la déchéance. Une partie de la gauche préférait l'échec plutôt que de voter une déchéance pour un terroriste ! Pas un binational ni un Français. Un terroriste ! »

« Que chacun se reprenne ! »

Sur ce dossier, Manuel Valls réfute l'idée que l'autorité du président ou du gouvernement ait été mise à mal. Ce sont plutôt les parlementaires qui n'ont pas été à la hauteur. « C'est bien le problème des députés : dans ces temps difficiles, il ne faut pas être brinquebalé [...], il faut être solide. Que chacun se reprenne ! » a taclé le Premier ministre.

À lire - François Hollande et la déchéance : comme un boomerang...

Interrogé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant