Retraites : 92% des Français se déclarent "inquiets", 63% souhaitent une fusion Agirc-Arrco

le , mis à jour à 18:12
22

Une large majorité de l'opinion s'affiche pessimiste sur l'avenir des retraites.
Une large majorité de l'opinion s'affiche pessimiste sur l'avenir des retraites.

Lundi 22 juin, les syndicats et le patronat se sont réunis pour discuter d’un accord au sujet des régimes de retraite complémentaire (Agirc-Arrco). À cette occasion, l’institut OpinionWay publiait les résultats d’un sondage sur la perception qu’ont les Français des régimes de retraites.

On savait que le système français des retraites suivait une mauvaise trajectoire. Non seulement le dernier baromètre EcoScope d’OpinionWay pour Axys Consultants, Le Figaro et BFM Business confirme que les Français sont conscients de ce problème, mais il souligne au passage qu’aucune véritable solution ne semble pour l’instant envisagée.

Inquiétude sur la trajectoire du système de retraites, mais refus du recul de l’âge de départ

OpinionWay explique ainsi d’après les résultats de son dernier sondage : « les Français se montrent aujourd’hui très pessimistes face à l’évolution du système de retraite. 92% d’entre eux se déclarent inquiets [ou] très inquiets à ce sujet, preuve qu’il s’agit là d’un sujet épidermique, suscitant de vives réactions. Les personnes les plus inquiètes se retrouvent naturellement au sein des catégories d’âge qui voient la retraite approcher, mais également chez les plus jeunes qui s’interrogent sur le système qui sera en place dans cet horizon lointain où ils seront confrontés à la retraite ».

OpinionWay poursuit : « interrogés sur les actions à mettre en œuvre pour contribuer au rétablissement d’un équilibre dans le système des retraites, les interviewés se montrent affirmatifs sur un point : ils ne souhaitent pas voir l’âge de départ en retraite reculé au-delà de 62 ans. 67% se disent opposés à cette mesure et particulièrement les femmes (70%), les personnes âgées de 25 à 34 ans (81%) et les catégories populaires (ouvriers et employés, 82%). Cette question est marquée par un fort clivage politique, les personnes ayant une sensibilité à gauche (PS - Parti de gauche - Europe Ecologie) étant largement plus nombreuses que les personnes ayant une sensibilité à droite (UDI – Républicains) à considérer que le recul de l’âge légal de départ n’est pas une option (75% contre 40%). »

Un majorité de l’opinion s’affiche favorable à une fusion Agirc-Arrco

Du côté des complémentaires, faut-il fusionner l’Agirc et l’Arrco, qui sont respectivement les caisses de retraites complémentaires des cadres et des salariés ? Cette question était au cœur des discussions de ce lundi entre syndicats et patronat. Pour rappel, l’Agirc et l’Arrco sont en déficit chronique depuis plusieurs années, au point qu’il est régulièrement répété que les caisses de l’Agirc pourraient être vides dès 2018. L’Arrco dispose quant à elle de réserves encore suffisamment conséquentes pour faire face à la situation jusque dans les années 2020. Pour reculer l’assèchement des caisses de l’Agirc, l’un des plans envisagés est donc de fusionner ses caisses avec celles de l’Arrco.

On sait que cette solution ne serait qu’une manière de cacher la poussière sous le tapis, car à long terme, le problème ne sera pas réglé. On sait également que les syndicats ne veulent pas de cette solution. Pourtant, une nette majorité de Français (63%) s’y montre favorable d’après le sondage d’Opinion Way.

Les autres pistes de réformes envisagées ne séduisent en revanche pas l’opinion publique. Par exemple, l’idée d’augmenter les cotisations de retraite complémentaire ne séduit que 44% des Français. Quant à l’idée de baisser le niveau des pensions de retraite complémentaire, les sondés se sont que 14% à s’y montrer favorables.

Retraites du public : le souhait d’une harmonisation avec le privé

D’autres sujets ont également été abordés par l’institut de sondage. Parmi eux : le sujet des retraites de la fonction publique.

OpinionWay résume : « les Français se déclarent favorables à une réforme des modalités de départ en retraite concernant les travailleurs du secteur public (80%), et notamment pour un nivellement des régimes spéciaux permettant d’anticiper le départ avant l’âge légal (50%). 47% des personnes interrogées estiment aussi que les fonctionnaires et les personnes dépendants de régimes spéciaux devraient s’aligner sur le secteur privé concernant le calcul de l’indemnité de leur pension retraite (c’est-à-dire retenir les 25 meilleures années comme période de référence) ».

Sur le même sujet, « près d’un tiers (32%) [de l’opinion] considère qu’il est nécessaire d’augmenter le taux de cotisation des fonctionnaires. De manière générale, les Français se prononcent de manière massive pour une uniformisation des régimes de retraite entre public et privé, et seuls 19% se prononcent contre une réforme. Ces opposants représentent 34% parmi les salariés du secteur public. »

OpinionWay a également sondé son échantillon sur l’instauration d’une part de capitalisation parallèle au système de retraites par répartition. La question divise fortement les personnes interrogées : 46% de l’opinion s’y montre favorable, alors que 52% s’y oppose (2% ne se prononce pas). Encore une fois, un très fort clivage s’observe entre les sondés proches du PS (seulement 37% favorables) et les sondés proches des « Républicains » (ex-UMP), qui y sont favorables à 68%.

X. Bargue

Cette étude quantitative d’OpinionWay a été réalisée auprès d’un échantillon de 1005 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. L’échantillon a été interrogé en ligne sur système CAWI (Computer Assisted Web Interview) les 17 et 18 juin 2015.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • benoitdh le mardi 23 juin 2015 à 14:21

    Nos impôts ne doivent plus servir à financer les retraites des fonctionnaires qui ne cotisent pas assez pour leur retraite. Ca suffit!

  • pelochon le mardi 23 juin 2015 à 10:33

    @M1945416 : c'est scandaleux de constater que ces fonctionnaires non seulement ne cotisent pas à une assurance chômage (et pour cause) mais qu'en plus leurs retraites (basées sur les 6 derniers mois d'activité) est payée par les salariés du privé, qui cotisent et paient des impôts à tous les étages, puisque par l'état. Marre de tous ces privilèges accordés à une catégorie qui pése lourdement sur le budget, pour un résultat plus que médiocre. "égalité" avez-vous dit ?

  • M1945416 le mardi 23 juin 2015 à 09:29

    Sur l'ensemble de la période de versement estimée, les retraites de la fonction publique représentent aujourd'hui un engagement total variant, selon le taux d'actualisation, de 1200 à 1400 milliards€. Autrement dit, l'Etat s'est engagé à verser à ses fonctionnaires une somme équivalent à 70% de la dette publique au titre des pensions.

  • M1945416 le mardi 23 juin 2015 à 09:28

    Dans ce tableau apocalyptique, d'autres données font froid dans le dos. A l'horizon 2050, par exemple, selon le taux d'actualisation, le besoin en financement du système de retraites publiques devraient osciller entre 62 et 68 milliards€. Un effort colossal à consentir pour une population très limitée.

  • M1945416 le mardi 23 juin 2015 à 09:28

    Autre chiffre choc: 30% de la dérive des dépenses de l'Etat depuis 2006 sont dus aux retraites des fonctionnaires. Sur les 26 milliards (1,3 point de PIB!) d'augmentation des dépenses de l'Etat, 8 milliards ont servi à financer le système de retraites du public. Cette augmentation a été totalement financée par la dette.

  • M8101076 le mardi 23 juin 2015 à 08:41

    Je viens d'apprendre avec ce sondage que si on prend 2 personnes qui ont une jambe coupée on peut en faire une seule prête pour un nouveau marathon !!!!!!!!!!!

  • landerna le mardi 23 juin 2015 à 07:42

    on pourrait faire un sondage sur les sondages truques

  • M3366730 le mardi 23 juin 2015 à 02:01

    Pourquoi personne informe des milliards siphonnés dans les fonds de l'AGIRC/ARCCO depuis Jospin pour financer les régimes spéciaux et de fonctionnaires ultra déficitaires ! Rien que pour 2012 : 6,5 milliards d'euros pour financer les déficits de la RATP, de certaines "caisses" de fonctionnaires dont l'IRCANTEC. A LIRE http://www.sauvegarde-retraites.org/dossier-retraite-du-mois.php

  • Berg690 le mardi 23 juin 2015 à 01:03

    Évidement tout ça est faux et les status de l'ARRCO ne le permettent pas. Cela s'appelle prendre ses désirs pour la réalité.

  • pelochon le lundi 22 juin 2015 à 22:44

    Encore un sondage à la c... qui ne prouve rien. Par exemple, est-ce que les famaux 62% favorables à une fusion agirc-arcoo sont cadres, ou bien est-ce le même panel que pour la question de savoir si on est inquiet ou pas pour sa retraite ? Cela fait toute la différence. Ce gouvernement et les médias à sa botte, jour après jour, nous prennent vraiment pour des buses... Mais en 2017 je sais déjà où je ne mettrai pas mon bulletin.