Rennes-Calais, deux poids, deux mesures ?

le , mis à jour le
2
Un accès à la place de la mairie fortement protégé par les forces de polices, à la différence des rues du centre-ville rennais.
Un accès à la place de la mairie fortement protégé par les forces de polices, à la différence des rues du centre-ville rennais.

D'un côté une centaine de militants d'extrême droite défilant à Calais, entourés de nombreuses forces de police, et face à une presse venue en nombre. À la suite de cette manifestation anti-migrants interdite et clairement xénophobe, cinq d'entre eux ont été interpellés et seront jugés en comparution immédiate dès lundi, à commencer par l'instigateur présumé de la manifestation, le général Piquemal, ancien patron de la Légion étrangère.

De l'autre, un défilé carnavalesque pour protester à la fois contre l'état d'urgence et le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Mais encore une fois, la manifestation censée être pacifique a été gâchée par une poignée de casseurs en fin d'après midi. Résultat : un centre-ville rennais saccagé, malgré une forte présence policière, étonnamment passive selon les riverains, et surtout chargée de sécuriser les bâtiments officiels, à commencer par l'hôtel de ville. Et aucune comparution immédiate.

Un centre-ville ravagé

Bilan de la journée : « Les Rennais découvrent les dégâts, titre ce dimanche le quotidien Ouest France

. »  « La stupeur se mêle à l'incompréhension ce matin sur les visages des Rennais qui découvrent les vitrines taguées, parfois brisées, les slogans inscrits à la peinture sur le bitume et sur les murs des immeubles. » « Au final, cinq...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote il y a 10 mois

    Continuez ça, donne du boulot aux entreprises de nettoyage et aux artisans; la complaisance du pouvoir pour les écolos est effarante.

  • C177571 il y a 10 mois

    Les terroristes écologistes ont de beaux jours devant eux vu le laxisme du gouvernement à leur égard. Cela ne date pas d'aujourd'hui.