Regroupement régional: les prix à la pompe vont grimper en Poitou-Charentes

le
3

Les habitants de Poitou-Charentes vont voir les prix des carburants augmenter dans leur future ex-région. Elle sera poussée à augmenter une taxe qu'elle n'avait pas voulu voter.

Voilà qui ne risque pas de faire apprécier le redécoupage régional dans l'ouest de la France. Le premier effet du passage de 22 régions en métropole à 13 se concrétisera par une ... augmentation du prix de l'essence sur l'actuelle Poitou-Charentes

Depuis 2007 en effet, dans le but d'apporter des subsides supplémentaires aux régions, l'Etat a décidé que celles-ci pourraient dorénavant toucher une partie de la Taxe intérieure sur la consommation des produits énergétiques (la TICPE, ex-TIPP), payées sur la consommation de carburants. Elles ont en effet le droit de voter une «part régionale», dont la limite est fixée par l'Etat (1,77€ par hectolitre pour les supercarburants, 1,15€ pour le diesel). Et depuis 2011, les régions peuvent également, par délibération de leur conseil régional, appliquer une majoration maximale de 0,73€/hl pour les supercarburants et de 1,35€/hl pour le diesel) pour financer spécifiquement des «projets d'infrastructure de transport durable». Des hausses de fiscalité que les régions se sont empressées de voter, et de porter au plafond maximum autorisé. Toutes, sauf Poitou-Charentes (et la Corse, où cette taxe est votée par l'Assemblée de Corse, pas par le Conseil régional).

A l'époque, c'est Ségolène Royal, présidente de la région qui s'oppose à cette taxe supplémentaire, qui peut s'apparenter de facto à un nouvel impôt local, l'essence étant majoritairement consommée par des résidents. Mais cette décision fait polémique au sein de la majorité socialiste dans la région, d'autres élus n'acceptant pas que la collectivité territoriale se coupe de la possibilité de renflouer ainsi ses comptes. Cela sera une des causes du déchirement entre les différentes têtes de l'exécutif régional qui culmineront avec la défaite de l'actuelle ministre de l'Ecologie, du développement durable et de l'Energie aux législatives de 2012 face à Olivier Falorni, un autre candidat PS.

«Uniformisation de la fiscalité»

Mais si la stabilité de la fiscalité sur le carburant a tenu bon face aux déchirements politiques, elle ne résistera pas à la fusion. Dans le cadre du rapprochement, la région rejoindra donc une collectivité beaucoup plus grande au nom encore improbable: «Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente». Avec comme conséquence un alignement sur la fiscalité de ces régions qui, elles, ont profité dès le début de la majoration de la TICPE laissée à la discrétion des régions. Une situation que Jean-François Macaire le président du conseil régional de Poitou-Charentes (en remplacement de Ségolène Royal, partie au gouvernement) déplore dans les pages du quotidien Sud-Ouest: «C'est tout simple: nous étions la seule région à ne pas se servir de cette surtaxe (avec la Corse donc, ndlr) nous devrons nous aligner sur les autres. C'est une question d'uniformisation de la fiscalité (…) Nous avons déjà eu une réunion à Limoges sur la question. Nous savons donc déjà que ce sera la fin de l'exception picto-charentaise.»

Et donc la fin d'une spécificité locale: en région Poitou-Charentes l'essence coûtait en effet entre 2 et 2,5 centimes de moins par litre (que ce soit l'essence ou le diesel) par rapport au reste du territoire. Un gain dû à cette fiscalité bien sûr, mais aussi à la présence sur le territoire de dépôts pétroliers qui réduisaient les surcoûts logistiques de livraison dans les points de vente. Pas sûr que la relation entre les Picto-Charentais et leur nouvelle région, maintenant grande comme l'Autriche, commence sur de bonnes bases.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ef38 il y a 12 mois

    ils ne l'avaient pas dit avant...

  • grinchu1 il y a 12 mois

    Honte à tous ces politiques sans pudeur qui ne pensent qu'à maintenir,ou augmenter,leur train de vie et à se faire réélire ...

  • danielk6 il y a 12 mois

    Et ça commence bien à part impôts et taxes ces élus doivent être bastonnés de préférence avec une baguette de noisetier c'est plus vif !!