Régionales : la candidature Calmels subit les rebuffades des caciques de l'UMP

le
0
Virginie Calmels est adjointe au maire de Bordeaux, en charge de l'économie, du travail, et du développement durable.
Virginie Calmels est adjointe au maire de Bordeaux, en charge de l'économie, du travail, et du développement durable.

Il ne sera pas dit que la CNI (commission nationale d'investiture) de l'UMP accepte d'être une simple chambre d'enregistrement des conciliabules entre Sarkozy, Juppé et Raffarin. Jeudi matin, à la suite d'une séance houleuse, la candidature de Virginie Calmels pour conduire la liste UMP en grande Aquitaine (12 départements) a été l'objet de vifs débats. La décision a été reportée in extremis par le président Estrosi.Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et Jean-Pierre Raffarin s'étaient pourtant mis d'accord sur le nom de l'ancienne patronne d'Endemol. Problème : l'impétrante ne possède pas de carte d'adhérent à l'UMP... Jean-François Copé, sniper en chef de la CNI, a soulevé ce problème, tandis qu'Henri Guaino ironisait sur l'importance donnée à une personne novice en politique et "qui vient de la télé-réalité".Alain Juppé n'était pas là pour défendre sa candidate. Une faute. C'est Jean-Pierre Raffarin qui s'en est chargé. Olivier Chartier, le maire de Poitiers, avait accepté de se retirer au profit de Calmels. Plusieurs voix l'ont regretté. Hortefeux au secours de... Juppé !L'affaire tournait tellement mal que la CNI allait passer au vote pour départager Calmels d'un rival local, Jean-Pierre Audi, le maire de Périgueux, notamment soutenu par Xavier Bertrand. Manifestement, un précomptage conduisait droit à la défaite de Calmels. Brice Hortefeux, chargé par Sarkozy de veiller au grain, comprend que si l'on passe au vote,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant