Régionales à l'UDI : petits complots entre amis

le
0
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde et le président de l'UMP Nicolas Sarkozy ont conclu un pacte pour les régionales à venir.
Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde et le président de l'UMP Nicolas Sarkozy ont conclu un pacte pour les régionales à venir.

Il était presque couru d'avance que l'UDI ne survivrait guère au départ de Jean-Louis Borloo, son fondateur. Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP et Jean-Christophe Lagarde, le président de l'UDI, ont déjeuné mercredi pour convenir des funérailles à venir du parti centriste. Bien sûr, l'étiquette UDI existera encore, mais dans une sorte d'allégeance à l'UMP, le parti dominant de la "droite républicaine", puisqu'il faut la qualifier ainsi.L'accord prévoit, pour les régionales, de laisser deux têtes de liste à l'UDI en Métropole - Hervé Morin dans la Normandie réunifiée et Philippe Vigier pour le Centre-Val-de-Loire - ainsi que deux territoires outre-mer (difficilement gagnables). Il se murmure que François Sauvadet, pour l'heure député UDI, rejoindrait le nouveau parti Les Républicains et pourrait sous ces nouvelles couleurs être investi tête de liste en Bourgogne-Franche-Comté. On notera d'ailleurs que l'UDI n'opposera pas de candidat à Laurent Wauquiez en Rhône-Alpes-Auvergne en dépit des divergences profondes entre le candidat UMP et le parti centriste... Lagarde y renonce.Jouanno et Lagarde dans une lutte à l'argentToutefois, il reste un dernier bastion d'indépendance à faire tomber : l'UDI en Ile-de-France qui comptait bien, à travers sa tête de liste, Chantal Jouanno, porter haut les couleurs du centrisme. Jean-Christophe Lagarde ne tient pas tellement à aider sa candidate, aussi retarde-t-il le moment d'apporter la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant