Régionales 2015 : pour qui avons-nous voté ?

le
0
Christian Estrosi s?est présenté dans une région où il est né, où il vit et dans laquelle il a occupé à peu près tous les postes politiques.
Christian Estrosi s?est présenté dans une région où il est né, où il vit et dans laquelle il a occupé à peu près tous les postes politiques.

Marine Le Pen s'époumone contre « la classe politico-médiatique », et ses affidés reprennent l'antienne. Les têtes d'affiche du Front national n'ont pas dérogé à leur refrain formaté au soir du second tour des régionales. Un discours qui, pourtant, à l'?il nu ne résiste pas à l'analyse tant Marine Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen, Florian Philippot sont devenus des vedettes des plateaux de radio et de télé, enchaînant les interviews sur les chaînes d'info. Cette stratégie d'entrisme médiatique du Front national a fonctionné à plein, d'autant qu'avec les attentats le contexte anxiogène, qui leur offre un bon terreau électoral, a atteint son paroxysme. Avec leurs formules ciselées, leurs diatribes populistes, leurs virginités gestionnaires, les cadres frontistes sont devenus de «  bons clients » pour les médias et ont réussi à transformer les élections ré-gio-na-les en mise à l'épreuve nationale. Et pour cause : les candidats du FN ne portaient aucun programme régional. Et tous ont été parachutés sur des territoires aux vents porteurs pour des argumentaires faciles qui se nourrissent des peurs sociales et économiques.

Remettons les pendules à l'heure

On a beaucoup glosé sur le « front républicain » qui a permis, au second tour, de faire barrage au Front national et d'empêcher le mouvement lepéniste d'emporter une région. C'est une partie de l'analyse électorale du scrutin, certes. Mais une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant