Régionales 2015 : Philippe Saurel, l'emmerdeur du Midi

le
0
Philippe Saurel fustige les politiques hors sol. Un discours populiste, fustigent ses détracteurs.
Philippe Saurel fustige les politiques hors sol. Un discours populiste, fustigent ses détracteurs.

Dimanche 20 septembre, les Radicaux de gauche, réunis en congrès au Parc des expositions de Montpellier, reçoivent la visite de Manuel Valls, venu prôner l'unité avec le Parti socialiste. Dans sa voiture, Philippe Saurel, maire de la ville et candidat divers gauche aux régionales, patiente longuement, espérant rencontrer son « ami ». Las, à la tribune, le Premier ministre, évoquant les régionales, exhorte Philippe Saurel « à ne pas s'engager seul dans une aventure » et envoie un émissaire dire au maire de Montpellier qu'il ne sera pas reçu... s'il ne retire pas sa candidature aux régionales. Pour le maire de Montpellier, le Premier ministre lui a rendu (involontairement) un fier service. Celui de l'adouber comme un adversaire qui fait décidément peur à Solférino.

Avec sa nouvelle candidature « dissidente » aux régionales après celles des municipales et des départementales, Philippe Saurel est en effet définitivement devenu l'homme à abattre pour le PS, son ancien parti. « Un vrai emmerdeur », lâche un conseiller régional socialiste sortant, dépité qu'on lui parle encore de l'actuel maire sans étiquette de Montpellier. D'autant que, face à la bérézina qui s'annonce pour le PS en décembre, la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées est l'une des rares que les socialistes pensent pouvoir conserver. Sous réserve d'une union la plus large possible à gauche. « Conserver la région pour quoi faire ? » s'interroge...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant