Régionales 2015 - Normandie : la longue marche de la réunification

le
0
Rouen va être la capitale de cette nouvelle région (photo : préfecture de Haute-Normandie).
Rouen va être la capitale de cette nouvelle région (photo : préfecture de Haute-Normandie).

Deux Normandies ? Voilà une question propre à faire se retourner dans sa tombe Guillaume le Conquérant, duc de Normandie au XIe siècle. À l'époque, l'oriflamme rouge aux deux léopards jaunes flottait sur une seule et unique Normandie. Mais la division contemporaine entre deux régions ne relève pas du seul caprice administratif. Dans son Tableau politique de la France de l'Ouest de 1913, le politologue André Siegfried différencie la Haute-Normandie, « pays de cultures », de la Basse, « pays de prairies ». La distinction s'opérerait plutôt aujourd'hui entre la Haute, industrielle, et la Basse, plus agricole.

« Régions économiques de programme » de 1956 puis conseils régionaux de 1974, aux pouvoirs élargis en 1982, ont consacré cette division normande. En six décennies, administrations et élus ont pris de (mauvaises ?) habitudes. Mais autoroutes aidant, l'histoire revient presque aujourd'hui à son point de départ : le duché de Normandie. En 1959, le général de Gaulle inaugure le pont de Tancarville. Un succès instantané et spectaculaire : il faut cinq heures pour venir à bout de l'embouteillage monstrueux qui se forme dès l'ouverture de ce trait d'union entre les deux rives de la Seine, la frontière naturelle entre les deux régions.

Abolition des frontières administratives

Depuis 1994, un deuxième pont, celui de Normandie, d'où Hervé Morin député UDI de l'Eure a lancé sa campagne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant