Régionales 2015 : Masseret, celui qui dit "non" à Hollande et Valls

le , mis à jour le
0
Jean-Pierre Masseret maintient contre les ordres du PS sa candidature dans le Grand Est.
Jean-Pierre Masseret maintient contre les ordres du PS sa candidature dans le Grand Est.

Il a l'assurance tranquille de ceux qui n'ont plus rien à perdre. La résistance de ceux qui livrent un ultime combat. À 71 ans, Jean-Pierre Masseret affiche un solide CV de baron local, ces élus cumulards si bien implantés sur leurs terres. Sénateur socialiste de la Moselle quasiment sans discontinuer depuis 1983, maire de Hayange de 1995 à 1997, une expérience ministérielle au gouvernement de Lionel Jospin de 1997 à 2001 au poste de secrétaire d'État aux Anciens Combattants... Depuis 2004, il est élu président du conseil général de Lorraine. Un dernier mandat en forme de fierté, d'autant plus intense qu'il l'avait ravi à l'ancien ministre de droite Gérard Longuet.

Voilà que sa notoriété dépasse, le temps d'un entre-deux-tours explosif, les frontières de sa région... Déjà considérablement élargies depuis que François Hollande a redessiné la carte électorale un jour de juin 2014. Masseret briguait la présidence de l'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, disons du Grand Est. Les résultats du premier tour des régionales dimanche soir ont sonné le glas de cette ambition. Avec 16,11 % des voix, l'un des pires scores de France pour le PS, notre homme arrive en troisième position, très loin derrière Les Républicains (25,83 %), encore plus loin derrière le Front national (36,06 %) des voix.

Masseret "ne lâche rien"

À l'aune de ces résultats, le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant