Régionales 2015 : Louis Aliot, le profil bas du Front national

le
0
Louis Aliot, tête de liste du FN dans la grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
Louis Aliot, tête de liste du FN dans la grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Un petit tour, et puis s'en va. Marion Maréchal-Le Pen a fait une courte apparition samedi à Toulouse pour soutenir Louis Aliot, tête de liste du FN dans la grande région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. La petite-fille du fondateur du Front national, elle-même candidate dans la région Paca, s'est contentée de monter trente minutes sur scène, avant de s'éclipser pour prendre un avion. Juste le temps de chauffer une salle bien trop grande pour les sept cents militants venus de toute la région. « Nous ne sommes pas une terre d'islam », lance la jeune députée du Vaucluse, qui a consacré l'intégralité de son discours à démontrer que le FN était historiquement à l'avant-garde de la guerre contre le fondamentalisme musulman. « Nous préférons le drapeau français plutôt que le drapeau du FLN algérien », renchérit Louis Aliot, fils de rapatriés.

Hormis cette saillie destinée à déclencher les applaudissements sans l'aide de la claque de ses supporteurs venus de Perpignan, le chef de file régional jette rarement de l'huile sur la flamme du Front national. Au contraire. Quand Marion Maréchal-Le Pen assure qu'il n'y aura plus de repas de substitution dans les cantines des lycées, lui se contente de préciser qu'il veut développer « les circuits courts » pour alimenter les établissements scolaires en produits régionaux. Une déclinaison régionale de la préférence nationale que ne désavouerait pas Gérard Onesta, le candidat...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant