Régionales 2015 : les enjeux en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes

le
0
Un habitant sur cinq de cette nouvelle région habitera près de Bordeaux selon l'Insee (photo d'illustration).
Un habitant sur cinq de cette nouvelle région habitera près de Bordeaux selon l'Insee (photo d'illustration).

Ce sera peut-être l'une des rares satisfactions socialistes en décembre à l'issue de ces élections régionales. Les régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes fusionnent pour donner lieu à un immense territoire (84 000 km2), plus grand que la Guyane ou l'Autriche, et qui pourrait bien rester dans l'escarcelle du PS. Alain Rousset, président socialiste sortant du conseil régional d'Aquitaine, est candidat pour diriger ce nouveau secteur. Député de Gironde et président de l'Association des régions de France, c'est un élu local très influent qui est à la tête de l'Aquitaine depuis 1998. Un sondage Ifop de juin dernier le place en tête du premier tour avec près 30 % des suffrages obtenus.

Les Républicains et les centristes de l'UDI, eux, ont décidé d'investir une candidate non encartée, mais qui pèse elle aussi à l'échelon local : Viriginie Calmels. Elle est la première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux et a aussi officié comme dirigeante d'Endemol. Mais sa désignation a fait grincer quelques dents. Henri Guaino, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, l'a qualifiée par exemple de "Loana" de la politique.

Six millions d'habitants

Jacques Colombier, ancien conseiller régional d'Aquitaine, sera tête de liste FN. Le parti d'extrême droite est d'ailleurs crédité d'un score avantageux de 19 % au premier tour par le même sondage Ifop. Quant à EELV, c'est la vice-présidente du conseil régional de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant