Régionales 2015 - Corse : les rondeurs tranchantes de Paul Giacobbi

le , mis à jour le
0
Paul Giacobbi est accusé par ses opposants de tirer les ficelles de la vie politique corse.
Paul Giacobbi est accusé par ses opposants de tirer les ficelles de la vie politique corse.

Derrière ses rondeurs, son détachement apparent se cache un sens politique tranchant. Une intelligence redoutable qui lui permet depuis 15 ans de dominer la vie politique insulaire. Diplômé de l'ENA en 1982, il débute dans les cabinets ministériels parisiens sous Mitterrand avant de revenir définitivement sur l'île pour assumer le poids d'un héritage familial. Celui qui a porté quatre générations de Giacobbi vers la politique depuis 1898. La politique, il y est venu, dit-il, par « tradition familiale ». Mais il précise qu'il n'est pas un « héritier » pour autant : le fait d'être un « fils de », comme il y en a tant en Corse, « a parfois été un handicap » aux yeux des autres élus et d'une société insulaire qui refuse de plus en plus que l'on transmette un mandat électif comme un bien patrimonial. Aujourd'hui à la tête de la collectivité territoriale de Corse (CTC), Paul Giacobbi, 58 ans, persiste à dire qu'il s'est fait tout seul, en arrachant parfois des sièges auxquels ses aïeux avaient prétendu en vain.

La Haute-Corse en 1998

Tout a commencé en 1998 par la prise du pouvoir au département de la Haute-Corse, un an seulement après son entrée au conseil général. Il marche sur les traces de son père, président MRG entre 1975 et 1992. Alors que la victoire est promise au camp du sortant, le RPR Paul Natali, c'est lui qui l'emporte au troisième tour grâce à l'étrange abstention d'un élu de droite. Dix-sept ans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant