Régionales 2015 - Auvergne-Rhône-Alpes : la sécurité confisque la campagne

le
1
Najat Vallaud-Belkacem devait se rendre à un meeting de Jean-Jack Queyranne à Grenoble le 26 novembre.
Najat Vallaud-Belkacem devait se rendre à un meeting de Jean-Jack Queyranne à Grenoble le 26 novembre.

Jean-Jack Queyranne a attendu la fin des obsèques de Caroline Prenat, la jeune victime lyonnaise de l'attentat du Bataclan, pour repartir en campagne. De retour de la cérémonie qui a rassemblé près d'un millier de personnes à la basilique Saint-Martin d'Ainay à Lyon, le président PS de la région Rhône-Alpes, candidat à la présidence de la grande région Auvergne-Rhône-Alpes, reconnaît repartir à la conquête des électeurs « le c?ur lourd ». Embarrassé aussi par le tour inattendu pris par cette campagne qui tourne désormais autour du seul sujet de la sécurité, non sans conséquences logistiques.

Périmés, donc, les documents de campagne imprimés avant le 13 novembre. Pour répondre à cette nouvelle préoccupation, il a fait tirer à deux millions d'exemplaires un flyer distribué dans les douze départements de la future région. « La folie meurtrière qui a endeuillé notre pays change forcément l'état d'esprit de ce premier rendez-vous démocratique. Nous l'abordons dans le souci de la sécurité intérieure, de la cohésion nationale et de l'indispensable solidarité citoyenne pour faire face à la barbarie », écrit-il.

Retrouvez toutes les actualités des régionales 2015 en Auvergne-Rhône-Alpes.

Pas de « bouclier de sécurité » donc, ni de dizaines de millions d'euros pour la vidéosurveillance et les portiques de sécurité dans les trains, les gares et les lycées, comme avancé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bouletj1 le mardi 24 nov 2015 à 17:23

    Décidément les socialistes sont incorrigibles et/ou totalement aveuglés par leurs dogmes et leurs certitudes ; voilà un candidat qui adapte sa campagne pour l'adapter aux circonstances dramatiques que nous vivons, alors qu'il est militant d'un parti politique qui a toujours renié les causes des risques sécuritaires en France. Il n'y a que des socialistes pour retourner leur veste aussi promptement ! affligeant !!