Réfugiés : un accueil qui se passe... bien

le
1
Hasan, Delal et leurs quatre enfants, originaires d'Alep (Syrie) sont arrivés à Tramayes, en Saône-et-Loire, le 2 septembre dernier.
Hasan, Delal et leurs quatre enfants, originaires d'Alep (Syrie) sont arrivés à Tramayes, en Saône-et-Loire, le 2 septembre dernier.

La décision de la mairie de Tramayes (Saône-et-Loire) de se porter « volontaire » pour accueillir deux familles de réfugiés, l'une syrienne, l'autre afghane, n'est pas passée inaperçue. La délibération visant à mettre à disposition deux logements (l'un propriété de la municipalité, l'autre de l'Opac) a été adoptée en conseil municipal, le 16 octobre 2015, après l'annonce, par François Hollande en septembre 2015, que la France accueillerait, sur deux ans, 24 000 demandeurs d'asile pour faire face à la « crise des migrants » que traverse l'Europe depuis 2014. Aujourd'hui, alors que la « jungle » de Calais est en cours de démantèlement, plusieurs maires de villes où ont été ouverts quelques-uns des 450 centres d'accueil et d'orientation (CAO) destinés à accueillir les réfugiés protestent vigoureusement contre l'arrivée de migrants... Pas Michel Maya.

« Il nous est apparu naturel de faire montre d'un minimum de solidarité », expose le maire de la commune. L'édile, non encarté mais qui ne dissimule pas sa proximité avec le groupe Europe Écologie-Les Verts (EELV) à la région, s'est impliqué personnellement dans cet accueil, allant jusqu'à installer lui-même la connexion internet de l'un des deux foyers. De nombreux citoyens, originaires de tout le canton, se sont engagés au sein d'un collectif visant à faciliter l'arrivée de ces 11 personnes. « L'élan de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1903733 il y a 10 mois

    Pub et propagandfe