Réforme territoriale : "La Picardie n'a rien à faire avec la Champagne-Ardenne"

le
0
Beauvais dans l'Oise.
Beauvais dans l'Oise.

Le Point.fr : Votre association d'élus, qui s'appelait "Fédération des villes moyennes", a été rebaptisée à l'occasion de votre élection. Pourquoi ?

Caroline Cayeux : Nous avons voulu que notre association change de nom pour lui donner plus de lisibilité. Il n'est pas question que nos villes et intercommunalités deviennent les banlieues des métropoles, qui aspireraient tout. Ni Albi ni Montauban n'ont vocation à devenir, par exemple, les banlieues de Toulouse. Nos villes et intercommunalités forment l'armature urbaine, les pôles d'équilibre et les bassins de vie de nos territoires entre grandes métropoles et espaces ruraux. Nous gérons le quotidien de nos administrés, et nos concitoyens ont confiance en nous. Même si les limites géographiques évoluent, nos territoires infra-métropolitains resteront des lieux de vie à échelle humaine et sociale. Nous devons donc renforcer le rôle et l'action de Villes de France auprès des instances nationales et du gouvernement.

La réforme territoriale veut regrouper des régions. Vous-même, élue de Picardie, que pensez-vous du projet de mariage avec la Champagne-Ardenne ?

Cette carte des régions a été dessinée sans concertation, sur un coin de table à l'Élysée, chez le président de la République. La situation des Pays de la Loire, de la Bretagne, etc. ne répond à aucune logique. La Picardie avait plus naturellement vocation à fusionner avec les deux Normandies, ne serait-ce que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant