Référendum en Catalogne : un pari illégal mais réussi

le
0
Un Catalan votant, dimanche.
Un Catalan votant, dimanche.

"Ce jour est un jour de victoire pour nous, les Catalans", clamait dimanche soir Carme Forcadell, la tonitruante présidente de l'Assemblée nationale de Catalogne, l'ANC. Cette singulière association citoyenne a été le principal organisateur d'une consultation d'autodétermination illégale qui aura finalement obtenu ce qu'elle souhaitait : une participation plus qu'honorable, environ deux millions de personnes se sont déplacées, sur un total de 5,4 millions. En Espagne, jamais un pareil vote n'avait eu lieu. Un membre de l'ANC le résumait ainsi : "Illégalité juridique mais légitimité démocratique."

Beaucoup ont dû parcourir de grandes distances puisque, en l'absence de recensement (une prérogative de l'État espagnol), il fallait se déplacer vers un collège électoral de la zone dont on était originaire. La majorité des personnes qui se sont mobilisées (80,7 %, selon des résultats provisoires diffusés dimanche soir) ont voté "oui-oui" ou, au pire, "oui-non" à la double question qui était posée : "Êtes-vous favorable à ce que la Catalogne soit un État ?", "Si oui, voulez-vous que cet État soit indépendant ?" Clin d'oeil de cette inédite journée électorale à laquelle les Catalans expatriés étaient aussi invités : le premier bulletin a été introduit dans une urne à Sidney, en Australie, et une "table" a été improvisée à Shanghai, en Chine, par des Catalans zélés.

"Processus participatif" (Barcelone)

Artur Mas, le leader...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant