Recel de 271 oeuvres de Picasso: prison avec sursis requise

le
0
PRISON AVEC SURSIS REQUISE POUR LE RECEL D'OEUVRES DE PICASSO
PRISON AVEC SURSIS REQUISE POUR LE RECEL D'OEUVRES DE PICASSO

AIX-EN-PROVENCE (Reuters) - Deux ans de prison avec sursis ont été requis lundi devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) contre les époux Le Guennec, soupçonnés d'avoir recélé 271 œuvres de Pablo Picasso entreposées dans leur garage durant près de 40 ans.

"Il y a eu un détournement frauduleux. Je ne crois pas au don ou au cadeau", a dit l’avocat général, Christophe Raffin.

Le magistrat a réclamé une "large confirmation" du jugement de première instance, lorsque les époux Le Guennec avaient été condamnés en 2015 à deux ans d'emprisonnement avec sursis et ordonné la restitution des oeuvres à Claude Picasso, le fils du peintre, en sa qualité d'administrateur de la Fondation Picasso.

"Il s’agit pour la plupart d’entre elles d’œuvres de très grande valeur", a rappelé le ministère public, estimant entre 60 et 100 millions d’euros la valeur globale des 271 pièces.

Pierre Le Guennec a présenté lundi une nouvelle version des faits selon laquelle Jacqueline Picasso, et non plus le peintre lui-même, lui aurait fait don des œuvres.

La dernière épouse du peintre serait selon lui entrée en conflit avec son beau-fils Claude après le décès de l’artiste en 1973, ouvrant la voie d'une succession tumultueuse.

"Elle m’a demandé de bien vouloir mettre chez moi, en réserve, 17 sacs poubelles. Je lui ai rendu ce service", précise Pierre Le Guennec à la barre.

Il aurait restitué les sacs poubelles remplis d’œuvres de l’artiste quelques mois plus tard, Jacqueline Picasso lui faisant alors don du sac contenant les pièces contestées.

"C’est un cadeau", se justifie-t-il.

"MENSONGE"

Pour les parties civiles, ce nouveau scénario n’est qu’un "mensonge monstrueux" pour cacher les "aspects les plus noirs et les plus secrets du marché de l’art".

Claude Picasso ne croit pas davantage à l’hypothèse d’une soustraction des œuvres de son père dans le but de les cacher à l’inventaire de sa succession. "C’est quelque chose d’extravagant", souligne le fils du peintre, qui réfute avoir eu des relations conflictuelles avec sa belle-mère

Pierre Le Guennec, âgé de 77 ans, a travaillé comme électricien de 1970 à 1973 dans la villa du couple Picasso à Mougins, près de Cannes. Il avait d'abord affirmé avoir reçu les oeuvres des mains de Pablo et Jacqueline Picasso.

Le couple Le Guennec a toujours indiqué ne pas avoir touché le carton durant des décennies jusqu'en 2009-2010, lorsqu'il a décidé de contacter les héritiers de Picasso afin de faire authentifier les 180 œuvres et le carnet contenant 91 dessins.

Les héritiers du maître ont certifié qu'il s'agissait d'oeuvres originales réalisées entre 1900 et 1932, n'ayant jamais été inventoriées au moment du décès de l'artiste en 1973.

Leurs avocats ont rappelé que Pablo Picasso avait pour habitude de dédicacer et de signer les oeuvres qu'il offrait, soulignant encore qu'il ne faisait jamais don d'une telle quantité d'oeuvres.

Poursuivis pour recel de biens provenant d'un vol, Pierre et Danielle Le Guennec risquent jusqu'à cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.

(Jean-François Rosnoblet, édité par Emmanuel Jarry)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant