Qui était "Jack l'Éventreur" ? L'enquête continue

le , mis à jour le
1
Ralph Bates, dans Doctor Jekyll and Sister Hyde (1971), de Roy Ward Baker. Une histoire inspirée en partie de Jack l'éventreur.
Ralph Bates, dans Doctor Jekyll and Sister Hyde (1971), de Roy Ward Baker. Une histoire inspirée en partie de Jack l'éventreur.

Il n'est pas venu les mains vides. Ce jeudi matin, dans la cave voûtée de l'hôtel de la Porte, qui abrite le musée du Barreau de Paris, le Britannique Russell Edwards ne présente pas seulement son livre ; il a également apporté sa pièce à conviction, un châle en soie marron et bleu imprimé en sérigraphie de marguerites de la Saint-Michel, d'une longueur de 2,4 m et en partie déchiré. Cette longue étole, que l'homme d'affaires a acquise lors d'une vente aux enchères en Grande-Bretagne en 2007, est celle qui fut retrouvée près du cadavre de Catherine Eddowes, quatrième et avant-dernière victime du plus célèbre criminel de tous les temps : Jack l'Éventreur. « Cent vingt-six ans après les faits, et grâce aux analyses ADN, nous avons enfin levé le voile sur l'identité du tueur », se réjouit Edwards.

À l'automne 1888, cinq prostituées sont égorgées et sauvagement mutilées dans le quartier de Whitechapel, dans l'est de Londres. Un dénommé Jack l'Éventreur signe les crimes en envoyant des lettres à la presse, semant la terreur et défrayant la chronique. Depuis, l'énigme perdure, fascinant des générations de « ripperologues » (pour ripper, « l'éventreur » en anglais) et alimentant les théories les plus farfelues. Pas moins de 167 suspects ont été appréhendés au cours de l'enquête, parmi lesquels le petit-fils de la reine Victoria, Lewis Carroll, ou encore le peintre Walter Sickert. Jusqu'à ce qu'un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2734309 le lundi 18 jan 2016 à 09:24

    On n'en sait rien, point !