Quels sont les drives les moins chers de France ?

le
0

Le groupe Leclerc détient la palme du drive le moins cher de France, selon une étude Distri Prix. Celle-ci révèle aussi des inégalités de prix en fonction des régions.

Mais qui est vraiment le moins cher? D'après une étude Distri Prix publiée récemment, la réponse est E. Leclerc, malgré une montée des prix de mai 2015 à avril 2016. L'enseigne de grande distribution pratique, selon l'étude, des prix 6,3% moins importants que la moyenne nationale au mois d'avril 2016 (calculée en fonction des prix de 10.000 produits dans 3600 magasins drive). Parmi les bons élèves, on retrouve également Carrefour, qui n'a pas cessé de réduire ses prix sur la période, passant à des prix de 3,4% à 3,9% moins chers que la moyenne.

A contrario, le drive Monoprix est le plus cher, loin devant les marques concurrentes en France. L'entreprise, appartenant depuis juillet 2013 au groupe Casino pratiquerait des prix drive 17% plus élevés que la moyenne française. Justement, selon l'étude, les prix du drive des supermarchés Casino sont également au-dessus de la moyenne nationale, la dépassant d'environ 9%. Sans surprise, plus l'enseigne est petite, plus celle-ci est chère. Les supermarchés sont donc systématiquement plus chers que les hypermarchés. Ainsi, les Géant Casino réalisent, eux, de bons résultats avec des prix 5,9% moins chers que la moyenne.

La région parisienne, toujours plus chère que la province

Les auteurs de cette étude révèlent également des disparités selon les départements. Ainsi, la Charente et les Côtes d'Armor restent les deux départements les moins chers pour les drives malgré une légère augmentation des prix. Cette tendance à la hausse semble d'ailleurs se généraliser: l'an dernier, on comptait 16 départements parmi les moins chers de France contre 10 aujourd'hui.

Parmi les mauvais élèves, on retrouve les Alpes-Maritimes, les Hauts-de-Seine et Paris qui sont les trois départements possédant les drives les plus chers. Les auteurs considèrent que «si les raisons de coûts d'exploitation plus élevés sont probables, il y a également une moindre sensibilité des clients aux prix dans ces départements». Distri Prix prend comme exemple concret une famille de 4 personnes. Si celle-ci dépense 5000 euros par an pour ses courses alimentaires, le fait d'habiter dans les Alpes Maritimes lui fera dépenser 1000 euros de plus par an que si elle vivait en Charente.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant