Que se passerait-il si Hillary Clinton renonçait à la Maison-Blanche ?

le
1
À deux mois du scrutin, qui remplacerait l'un des deux candidats investis en cas de décès ou de retrait ?
À deux mois du scrutin, qui remplacerait l'un des deux candidats investis en cas de décès ou de retrait ?

C'est la question que tout le monde se pose depuis ce week-end, après l'annonce de la pneumonie d'Hillary Clinton. Que se passerait-il si l'un des deux candidats devait se retirer brusquement de la course à la Maison-Blanche avant l'élection ? Ce serait un casse-tête magistral. Précision liminaire, il faudrait qu'Hillary Clinton renonce d'elle-même à la présidentielle. Nul ne peut la déclarer inéligible ou incapable de poursuivre sa campagne. Sauf si, bien entendu ? hypothèse totalement improbable aujourd'hui ?, elle devait décéder d'ici le mois de novembre.

Spéculations

Car, comme d'habitude, le système électoral américain est particulièrement alambiqué et sujet à bien des interprétations. La décision ne relève pas de la Constitution, mais de la direction des partis qui ont chacun un protocole un peu différent et assez ancien. Le Parti démocrate stipule qu'« une réunion spéciale pour pourvoir le poste vacant devrait se tenir à l'appel du président du parti ». La décision sera prise à la majorité des votes des 447 membres de la direction du parti (DNC) présents. Mais il ne donne pas de paramètres ou de règles précis. Seule certitude, Tim Kaine, le colistier, n'est pas automatiquement désigné comme remplaçant. Le DNC pourrait donc choisir le candidat qui lui chante. Et les spéculations vont déjà bon train, même s'il y a peu de chances qu'Hillary Clinton se retire. À part...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7166371 il y a 3 mois

    la photo gros plan est éloquente , elle semble avoir 75/80 ans et Trump 55/60.